The Hope Conspiracy - Tools of Oppression/Rule by Deception

Chronique CD album (34:03)

chronique The Hope Conspiracy - Tools of Oppression/Rule by Deception

Fallait voir notre Pidji, l’année dernière, à la sortie du EP Confusion/Misery/ Chaos.

Il avait tourné comme un foufou pendant 10 minutes et 10 secondes (la durée du bouzin), en frétillant de la queue, et hop, avait ruiné son slip.

 

Faut dire qu’après tant d’années d’absence, les Coreux de Boston, avait envoyé la purée. Restait à savoir si une nouvelle saillie plus longue allait suivre avant l’an 2037.

Et bien la réponse est là et prend la forme d’un gros bouquet de phalanges en pleine mouille. La pogne haineuse du combo n’a pas faibli, dans les affres du hiatus et de la reformation.

Mon gros majeur me dit, d'ailleurs, que deux titres du Ep sont présents ici aussi.

 

« America's greatest export is death and destruction. The decisions and actions of our collective ancestors and past / present leaders have brought us to where we are today. The world is a college of corporations and 'profit is everything amidst a crumbling vile decay.' They don't care about your borders. They don't care about your flags. They don't care about your rights. They don't care about your beliefs. They don't care about YOU. All of those things are just tools to control and manipulate us. The elites and establishment in charge have no vision for the future other than ultimate power and total control by dividing and subdividing the masses. Our tax dollars are laundered overseas through the war machine. This is the natural order of things today. THEY DON'T CARE... Period. »

 

La bande du père Baker, qui s’exprime plus haut, postillonne ainsi plus vénèr’qu’ un jeunot s’étant fait carotter son phöne par sa darönne.

Bon perso, les borders et les flags je m’en carre aussi la rondelle, avec une babouche en peau de porc cloutée. Au final, peu importe la vision un poil « prolo américain » (c’est du HxC) car le combo distribue les amendes et les leçons, pas les images de chats ou de hérissons.

 

La guerre, la baston et la bagarre résonnent ici dès l’intro simplissime du skeud. Un riff basique et vachement menaçant, des sirènes super flippantes, une cymbale qui fait Tchïng et mange ça dans les artères, c’est du gras taillé pour le combat.

Le groove nous saisit alors au gosier et on se dit, avec un sourire béat, que le HxC bien fait, ça envoie quand même méchamment niveau ambiance.

Car le groupe a oublié d’être con et bas du front.

 

Carré, nuancé et haineux, avec une basse colossale, le quatuor nous écrase alors, empruntant sans vergogne des plans au Metal et une ambiance insurrectionnelle propre au Crust.

Ainsi le skeud est à même de plaire à une gamme étendue de musicophiles. Toutefois, ces derniers devront se trouver dans la grosse case replète des énervés.

Pas sûr, ainsi, que ce soit le kif de la fan base d’un chanteur français cocaïné et beurré comme un coin, autrement appelé "Kenji" en langage BFM TV.

En effet, si la formule de chaque morceau est simple comme une belle Andalouse, sa radicalité force le respect. La puissance, le fiel et la fureur raisonnent encore ici, aussi surement que Bardela et Attal ont le même bronzage.

 

J’ai mis Hardcore en genre.

Concernant cette pure décharge séminale de rage bien addictive, on va éviter de tourner longtemps autour du pot

(Baila, baila oh)

photo de Crom-Cruach
le 05/06/2024

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements