The Last Brigade - Silver & Gold

Chronique CD album (37:55)

chronique The Last Brigade - Silver & Gold

The Last Brigade, c’est un combo du Sud de la France formé de quelques éléments solides de la scène rock puisqu’on compte dans leur rangs Ritchie Buzz (Kevin K, Flipside, Les Milliardaires), Fabien Tolosa (Kevin K, La Mouize) et Nasty Samy (Second Rate, Black Zombie Procession, Lost Cowboy Heroes…) qui forment ce combo de toutes pièces dans le but de faire revivre les heures glorieuses du rock des 90’s, à peine un an après leur union. Un premier album intitulé Silver & Gold voit le jour et l’ode au Rock indé arrive dans les bacs.

 

"Start The Game" qui ouvre l’album de la façon la plus enjouée nous plonge directement dans l’ambiance ! Du bon riff des 90’s je vous dis ! Ambiance Rock avec des riffs tranchants, un bon groove qui fait son effet et on a hâte d’arriver au premier « vrai » morceau si je puis dire car "Start The Game" n’est qu’instrumental…  Donc nous voici arrivés maintenant au cœur de l’action avec "Beast", où nous découvrons la voix nonchalante de Ritchie qui sert ici de porte-voix.  

Les titres s’enchaînent, et on retrouve plus ou moins la même recette sur chaque morceau, à une ou deux exceptions près où Ritchie change carrément de voix et où les riffs prennent une tournure un peu plus virulente, ou alors à l’inverse plus lancinante (il faut bien des chansons d’amour, avec des violons !), et l’autre cas à part "And The Abyss open Below" qui est un second morceau instrumental un peu plus burné et lourd que le précédent. Mais globalement on reste sur une recette assez simple et efficace, qui fait bien twister des genoux avec ses riffs aigus bien groovy, des breaks solides et du bon mid tempo qui constituent cet album qui s’écoute plutôt bien.

 

Le hic, c’est que l’énergie manque. J’explique ça en partie a cause de la nonchalance de la voix de Ritchie, très monocorde, et qui manque de vitalité à mon gout. L’autre point c’est le son, trop propre, trop sage. On nous parle de grunge, de Revival des 90’s, je ne reproche pas le coté déjà entendu qu’on ne peut pas condamner pour un projet qui a un tel objectif  mais pour moi ça manque un peu de sueur, de saleté pour que j’y croie vraiment.

photo de Biflam
le 08/05/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements