The Swamp - Fresh meat for dinner

Chronique CD album (37:03)

chronique The Swamp - Fresh meat for dinner

Groupe strasbourgeois initié notamment par les frères Schmidt, The Swamp fait dans un rock'n'roll à la fois brut et reptilien, et tient ses promesses sur ce troisième opus impeccable, certes influencé -mais les influences sont bonnes et assimilées-, mais de niveau élevé de son début jusqu'à ses derniers instants.

 

On y décèle la patte des Jon Spencer et autres icones sauvages bluesy, entre morceaux speedés jouissifs et alertes ("Swamp soup"), bourrades soudaines ("Baby G") et sensualité bien wild (l'introductif "The machine"), le tout épicé de morceaux saccadés tel l'élégant  "Devil's grav"e. On se prend d'autant plus facilement au jeu que la qualité demeure, et quelques accalmies elles aussi avenantes étoffent l'album, suivies de coups de boutoir puissants et sans concessions.

 

De valeur, The Swamp confirme donc ses aptitudes et, à coups de riffs bourrus associés à des voix démoniaques ("Läther and plastic"), sous l'impulsion de rythmes fonceurs ("Orpheus '56"), impose un univers qui fait mieux que de retenir l'attention. Il ne manque donc rien à l'ensemble, si ce n'est la touche perso qui classerait les Alsaciens dans la cour des grands. Mais ceux-ci renvoient ici assez de classe et de talent pour, au minimum, tenir un rang plus qu'honorable et concurrencer les pointures du genre. La fin du disque ayant de surcroît l'avantage de rester optimale "(Happy new yea"r et ses choeurs marquants, puis un "Dead girl blues" menaçant, à la tension retenue, qui instaure le chant en Français sans que cela ne dénote), il va sans dire que le quatuor mérite la considération et un succès supérieur à celui d'estime qui semble lui être actuellement attribué.

photo de Refuse to keep silent
le 18/05/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021