The True Sexual Machete - S/T

Chronique CD album

chronique The True Sexual Machete - S/T

Nantis d'un blase échappé d'un boular avec Danny Trejo, les Hauts Savoyards de The True Sexual Machete ne pondent pas leur premier skeud pour jouer sur la tournée des Enfoirés.

Ce serait amusant pourtant de voir les gaziers débarquer sur scène entre une naine caractérielle, un abruti millionnaire vivant dans un coin pourri de Patagonie, des « fils de » et des acteurs français pourris.

 

Les Enfoirés c’est un tout un monde, une expérience unique où règne la joie, la bonne humeur, le partage et la générosité.

 

Avec The True Sexual Machete, les Enfoirés se transforment en Gros Bâtards, vite fait, tellement le fond de commerce des gaziers reniflent le vieux bar de quartier, le génépi de pays et les films avec Brigitte Lahaie. Voire les pornos stars moins décaties.

Car, pataugeant allègrement dans le stoner gadouillu de pépé, Svehen, Sergent et les zotres, branchent les Marshemall pour nous décoller la pulpe du gland.

 

Le bouzin est léché, du livret à la prod bien crue enregistré live DTC. Faut continuer à bavasser ?

Okay.

 

Une basse bien chaude de la ficelle, deux guitares tendues comme des dildos en béton armé, un batteur qui pilonne bien au fond (Svehen, on se boit un pack quand ? ) et un chant torréfié au bourbon, la recette est connue. L'important est la façon de la servir, de l’accommoder.

"Too Drunk To Die" (mmm quel solo mon salop) et "I Love Teenage Girls" s'érige ainsi en membres turgescents nous mettant la bosse dans le jogging. Car si on peut raisonnablement dire que les gaziers tapent dans le Stoner braillard, ils touillent plus large qu'une micro-brasserie du Pays Savoyard.

Une odeur de Thrash Punk, comme le fumet des pieds ampoulés d'un bûcheron des Bauges, s'échappe ainsi d’une chanson sur le cannibalisme. Il faut en parler. Un blues musclé nous causera aussi d'amour. Car il faut dans ce monde cruel, parler aussi d'amour... charnel avec les morts.

 

Vous l'aurez compris, The True Sexual Machete allie un fond fortement graveleux ("Cyprine Saloon" quoi) et une forme parfaitement rock pour suer de la raie au fond d'un rade.

Ou chez vous, sur le canapé, c'est vous qui voyez.

photo de Crom-Cruach
le 07/02/2020

2 COMMENTAIRES

Dr AT

Dr AT le 07/02/2020 à 21:51:16

Superbe chronique toute en finesse ! :D

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 08/02/2020 à 19:15:11

Merci.
Ou tu connais les mecs, ou tu devrais.
Ou tu es l'un d'eux.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements