Vegan Piranha - Kill All The Surfers

Chronique Maxi-cd / EP (12:18)

chronique Vegan Piranha - Kill All The Surfers

Vegan Piranha, en voilà un concept qu’il est chouette. Le hic c’est la contradiction que soulève le titre de l’EP Kill All The Surfers. Va falloir m’expliquer comment un piranha vegan s’y prend pour tuer un surfer sans y goûter un peu ? Des piranhas flexitariens qui s’autorisent sûrement quelques écarts pour mettre à l’amende les surfers de Bigwaves. Tu sais, celles qui nécessitent d’être déposé par un jetski crachant au passage ses gaz d’échappement pourris à la barbe de la faune et de la flore maritime. Les sports extrêmes, trop souvent synonyme de bêtises extrêmes. Alors acceptons, pour la bonne cause, que ces Piranhas fassent une entorse à leur nouvelle éthique de poissons sensibles à la cause animale. Les Piranhas dans leur praxis éco-politique sont sûrement comme tout un chacun pétris de contradictions, mais ça évidemment Philosophie magazine dans sa fumisterie et pour ne pas faire de vague sur le sujet préfère le taire. Elle est belle la France des « Lumières » ! Mouaha Pour la petite histoire et pour remettre un peu de sérieux dans cette chronique, le groupe a découvert au travers de ses lectures, l'existence en Amazonie d'une espèce de Piranha végétarien. C'était le point culture légitime, maintenant on peut passer en revue ce Kill All The Surfers...

 

Vegan Piranha est un groupe qui nous vient de Bayonne, une localité qui inscrit culturellement le combo et son EP dans le champ de la surf music. Oui l’EP s’en inspire beaucoup, sûrement pas autant que l’amusant Are You Surfin To Me ? des enchanteurs Deniro’s, mais suffisamment pour être mentionné. La culture surf fait entièrement partie de l’ADN des Vegan Piranha et ça s’entend « Kill All The Surfers ». Pourtant cet EP tire davantage vers un Punk-Rock fun et décomplexé, certains diront crétins, avec comme valeur ajoutée ses accents Hardcore à la Youth Avoiders « My Heart Is A Bat ». On n’est pas au même niveau que les Parisiens mais dans l’esprit, Kill All The Surfers se pose en ces termes. Les compos sont jouées sur le même frénétique tempo, avec des guitares chaleureuses qui percutent les esgourdes de tout leur clinquant. Des riffs simples et efficaces qui restent en tête, un chant à la verve hardcore mi-irrévérencieuse mi-nonchalante, des Backs tranchants bien placés et qui donnent un peu d’harmonie à des lignes vocales rudimentairement hardcore Oldie, des breaks nombreux et annonciateurs du prochain déferlement qui nous attend etc., voilà en somme les nombreux atouts de Kill All The Surfers.

 

Les bonnes vibes, où les « Good vibrations » pour les fans des Beach Boys, s’enchainent au rythme de ces six récréatifs morceaux. Pas besoin d’attendre après les bonnes vibes pour les surfer, toutes ces déferlantes Punks sont bonnes à prendre. Si tu aimes le soleil du Sud-Ouest, les piranhas végétaliens, les riffs Punk accrocheurs, les visuels cools, l’humour régressif à la Ramones, le surf raisonnable et modeste, alors viens donc poser une oreille sur le Spot ensoleillé des Bayonnais. Un seul regret, la propension mercantile de ces Néo-Piranhas. Six euros le Pin’s, vous êtes sérieux !? Les Piranhas ont beau se vêtir d’une bonne conscience écologique, leur naturel carnassier reste un trait caractéristique de leur règne et semble très bien s’articuler aux logiques du capitalisme vert Mouaha ! On peut en rigoler un peu tout d’même… Allez après tout on s’en tape ! Cette remarque est aussi accessoire et déconnante que les Pin’s. L’essentiel dans cette chronique et dans cet EP reste à l’avantage de la musique de ces « Fun, Fun, Fun ! » et rafraîchissants Piranhas Punks.

photo de Freaks
le 19/02/2021

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021

HASARDandCO

Estradasphere - Buck Fever
Zeus - Motomonotono