Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris

  • Animals As Leaders (report)
  • Animals As Leaders - photo1
  • Animals As Leaders - photo2
  • Animals As Leaders - photo3
  • Animals As Leaders - photo4
  • Animals As Leaders - photo5
  • Animals As Leaders - photo6
  • Animals As Leaders - photo7
  • Animals As Leaders - photo8
  • Animals As Leaders - photo9
  • Animals As Leaders - photo10
  • Animals As Leaders - photo11
  • Animals As Leaders - photo12
  • Animals As Leaders - photo13
  • Animals As Leaders - photo14
  • Animals As Leaders - photo15
  • Animals As Leaders - photo16
  • Animals As Leaders - photo17
  • Animals As Leaders - photo18
Le ticket disait : Animals As Leaders + guests, 19h30.
Mais dans les faits
→ Début effectif du concert: 21h15.
→ Durée du set, rappel compris: 50 minutes.
→ Pas de première partie.

OK, cela ne résume en rien la prestation donnée au Batofar en ce 3 avril par la bande à Tosin Abasi. M’enfin ça démarrait cette communion live sous de mauvais auspices, d’autant que c'est en partie sous une petite pluie "revigorante" que l’assemblée de métalleux réunis pour l'occasion – disciplinés, mais pas très observateurs (il était en effet possible d’aller se mettre à l’abri au niveau du bar situé en haut du bateau) – a poireauté devant la salle flottante, et ce jusqu'à 20h15. Heureusement le public présent est resté compréhensif et calme, bien qu’échauffé par cette longue attente et un rien "en-sardiné" – le concert étant sold out, ouh yeah ! En même temps, il est vrai qu’il était constitué d'une faune plutôt hétéroclite et « studieuse », bref de fans de délicate dentelle djent, et pas des habituelles outres à bière poilues avides de war metal et promptes à l’échauffourée.

21h15, arrivée des 3 mousquetaires de la 8 cordes et de la contorsion rythmique dans un relâchement généralisé des nerfs et une décrispation collégiale des muscles du sphincter. Et là, bien que l’on ait déjà vu maintes fois le groupe en photo, il fut amusant de constater à quel point visuellement, comme pour se mettre au diapason de l’aspect musical, Animals As Leaders est un groupe à part sur la scène metal. Il est en effet assez rare de voir – dans ce genre aux guitares fortement saturées – une scène ainsi tenue par un duo constitué d’un Willy sans Arnold, à la tenue « Harlem macadam » et à l’attitude presque réservée (Tosin, donc), et d’un assistant-bibliothécaire issu de la mafia sarde, portant gilet sans manche à col en V et chemise blanche (Javier). Décalé, c’est le mot !

Mais laissons là ces considérations purement superficielles pour nous concentrer sur le set. Démarrant sur « Wave of Babies » – single digital sorti en 2010, malheureusement inconnu de votre serviteur –, le groupe n’a pas jugé bon d'amadouer ses fans par l’un de ces tubes qui leur auraient direct’ fait oublier la longue attente précédente. S’ensuivit un « Tempting Time » déjà plus attendu, mais dont l'interprétation ne convaincra pas forcément du bien fondé d’emmener sur les planches une musique à la base écrite au scalpel sur papier millimétré – et qui semble s’accommoder assez difficilement des rugueuses approximations du live. M’enfin il faut reconnaitre que le spectacle technique était de haute volée. Premier titre de Weightless de la soirée, « Earth Departure » enfonça un peu plus le clou : OK, tout ça est riche et fort en galipettes, mais la musique d’Animals As Leaders n’a-t-elle pas finalement plus sa place au sein de nos écouteurs, dans le cocon moelleux d’une prod’ aux petits oignons ? Quoique, quelques frissons arrivèrent à passer sur les moments les plus prenants de ces 2 derniers titres. Et puis bon, les deux écrans disposés de part et d’autre de la scène diffusaient une farandole continue d’effusions fractales, de pulsations organico-mécaniques et de nuages de micro-algues filandreuses qui, il faut le reconnaître, habillaient les morceaux d'un complément visuel aussi pertinent qu'agréable. Par contre, tout accaparés qu’ils étaient à restituer correctement des morceaux particulièrement alambiqués, les musiciens – batteur exclu – restèrent assez statiques, n’assurant que le minimum syndical côté communication avec le public (« Bonsoir Paris, ça va ? », « That’s the first time we play on a boat » …). On aura de plus regretté des transitions assez peu fluides entre les morceaux, aspect accentué par des petits problèmes logistiques, comme ce raté du batteur qui loupa le lancement d’une séquence vidéo, obligeant le groupe à recommencer le titre entamé du début.

Et puis finalement, progressivement, la pression s’est mise à monter, sur un « Isolated Incidents » délicat d'abord, pour atteindre finalement le niveau que l’on attendait depuis le début, avec un « An Infinite Regression » excellentissime. Petite pause « fraîcheur » sur « Point to Point », puis le groupe alluma un feu d’artifice ininterrompu en claquant à la suite « Cylindrical Sea », le sublime « Somnarium » et le geyser atomique « CAFO ». Alors qu'on planait enfin à 1000 pieds, les adieux proférés à 22h00 sonnèrent comme un coïtus violemment interruptus, d’autant qu’on attendait encore « Behaving Badly », « Song Of Solomon », « Do Not Go Gently » ou « To Lead You To An Overwhelming Question » !! Le groupe nous accordera quand même un « Weightless » en guise de dernière révérence, réussissant presque à apaiser notre frustration.

Il faut avouer que, bien qu’impressionnée et ayant eu droit à quelques-uns des morceaux qu'elle attendait le plus, une partie de la CoreAndCo team présente en ces lieux (...tout ces détours pour ne pas écrire « je » ! ) resta un peu frustrée à la fin de ces 50 petites minutes. Mais cette sensation se dissipa quelques instants plus tard, quand les membres du groupe – qui se sont avérés hyper accessibles – acceptèrent gracieusement, une fois le matos rangé, de nous accorder une dizaine de minutes afin de faire le bilan du concert et de se prêter à une séance photo improvisée. On apprit à cette occasion que ce line up n’était pas encore franchement rôdé sur scène, Matt Garstka, le batteur arrivé en remplacement de Navene Koperweis, n’ayant bénéficié que de 3 petits concerts pour se chauffer. De plus le show du soir s'est avéré, de l’avis du groupe, leur moins bon jusqu’ici, les pains recensés par leurs soins étant au nombre de 4-5… Ah ouais, quand même: ça remet les choses à leur place et laisse présager de ce que doit être un set parfaitement réussi alors !!! Il n’en fallait pas plus pour balayer nos doutes et nous donner envie de revoir au plus tôt ce trio de choc, les 70 shows planifiés dans la foulée devant leur laisser suffisamment de temps pour huiler la machine au quart de poil. À la prochaine messieurs!




Setlist :
Wave of Babies
Tempting Time
Earth Departure
Isolated Incidents
An Infinite Regression
Point to Point
Cylindrical Sea
Somnarium
CAFO
---------- Rappel ----------
Weightless
photo de Cglaume
le 10/04/2012

Les photos

Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo1Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo2Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo3Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo4Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo5Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo6Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo7Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo8Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo9Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo10Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo11Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo12Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo13Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo14Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo15Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo16Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo17Animals As Leaders le 03/04/2012, Batofar, Paris - photo18

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Madball - Empire
Chronique

Madball - Empire

Le 04/11/2010

Converge - You Fail Me