BLOODSIMPLE - Interview du 16/06/2004

BLOODSIMPLE (interview)
 
Premièrement, peux tu nous présenter Bloodsimple et son parcours ?
Tim Williams au chant, Nick rowe à la guitare, Chris Hamilton à la batterie et Kyle Sanders à la bass. On a joué avec des groupes locaux ou nationaux comme par exemple avec Mudvayne, Biohazard, ou encore life of agony. Nos racines sont principalement Hardcore et métal. Tim et moi, avons grandi avec à la scène Hardcore new Yorkaise dans Vision of disorder.

Comment vous êtes vous rencontrés ?
Tim et moi étions dans Vision of disorder et on a grandit ensemble. On a rencontré Nick localement (à Brooklyn) et on connaissait Chris par rapport à la scène locale. Un gars m’a fait me souvenir de lui et de son énergie qu’on cherchait alors. Chris jouait à cette époque dans le groupe “Medication” avec Kyle que nous avons rapidement recruté.

Quels groupes t’influencent le plus ?
Nous aimons la musique Heavy qui a quelque chose de plus à offrir que d’ être simplement Heavy. Des groupes comme Deftones, Queens of the stone age, Superjoint Ritual, System of a Down, ces groupes font quelque chose d’unique. On écoute aussi beaucoup de musique qui n’est pas Heavy, des groupes comme Portishead, Radiohead, et beaucoup de Johnny Cash et des beatles. Toute cette bonne merde.

Parles nous maintenant du skeud que vous êtes en train d’enregistrer. Sera-t-il hardcore ou plutôt dans un style plus heavy comme le dernier Vision ?
L’album va refléter beaucoup des influences ci dessus. Je ne pense pas que hardcore est une étiquette appropriée. Les chansons Heavy vont l’être brutalement et les titres mélodiques vont être dynamiques et intenses. Ne fais pas d’erreurs ce Cd sera intense du début jusqu’à la fin.

Comptez vous faire un ou plusieurs clips pour cet album ? Quels chansons ?
Oui on a l’intention de faire une vidéo, probablement une des titres les plus Heavy.

Avez vous déjà joué en Europe avec Bloodsimple ? Comptez vous le faire prochainement ?
Non; tous nos groupes précédents (VOD, Medication) ont tourné en Europe. Bloodsimple a l’intention d’y aller un jour ou l’autre après la sortie de notre album.

Que penses tu du publique français ?
Quand on jouait en France avec VOD, le public était très réceptif, Bordeaux a été un des meilleures expériences. La presse nous avait donné des bouteilles de vin rouges en cadeaux. J’étais ivre toute la journée et après il a fallut que je joue. C’est simple la France aime vraiment deux choses le vin et le métal.

Donnes nous ton meilleur et ton pire souvenir avec Bloodsimple :
Un des meilleurs souvenirs pour l’instant a été d’aller à Los Angeles pour jouer en privé pour la Warner Bros et d’autres labels. On a mangé de la bonne nourriture mexicaine, on s’est installé dans un bon hôtel où on a bu tout le mini bar et d’autres sottises et qu’on a dû payer en plus. Puis on a dû jouer (bourrés) à trois heures de l’après midi pour les labels. Bonne merde !
Le pire souvenir c’est facile, il y a environ un an on a joué un très mauvais concert en plein hiver quelque part au dessus de New York. Putain c’était glacial. Après le concert le van est tombé en panne sur le côté de l’autoroute, on est donc resté sans chauffage sur le côté d’une dangereuse route avec plein de camions. Quand finalement la police est arrivée deux heures plus tard on était gelé bien sur (il faisait moins 7). Les policiers étaient bien plus jeunes que nous et ça nous a beaucoup gêné. Ils ont dû nous conduire à l’hôtel à l’arrière de leur voiture. Ca nous a fait sérieusement reconsidérer nos choix de carrière.


Parles nous de « Running from nothing », votre premier single avec Bloodsimple. Je sais qu’elle a eu un petit succès dans les radios étudiantes a New York :
Running From Nothing est une chanson géniale. Elle sera bientôt disponible à l’écoute sur notre site internet. Cette chanson à des chants puissants. Des bonnes parties gueulées et des sonnes bonnes parties chantées. Cette chanson souligne ce qu’on est prêt à faire et la musique qu’on aime, avec un break brutal au milieu. Il y aura plein de trucs comme ça sur l’album.

Que penses tu de la scène hardcore actuelle. Quels sont les groupes que tu apprécies ?
Je vois bien que des groupes comme VOD et d’autres groupes avec qui nous avons joué ont un impact sur la scène d’aujourd’hui. Il y a actuellement beaucoup de parties hurlées et chantées dans les chansons, beaucoup de groupes de Hardcore qui font des mélanges de styles, de musiques… Des groupes comme Atreyu, Brand new (qui viennent de notre région). Il y a plein de trucs excellents disponibles maintenant. Il y a aussi du “screamo” nul (qui est de l’émo mélangé avec un style plus heavy et plus Hardcore), ça ca craint. Ca sonne arrangé et faux.

Parlons un peu de Vision of Disorder. Qu’es-ce que ce groupe t’a apporté durant toute ces années ?
VOD a été la plus grande influence sur ma musique. Être capable de jouer avec un batteur phénoménal et un chanteur polyvalent m’a et nous a autorisé à composer une musique qui était unique et plein de challenge. On pouvait composer un break des plus étonnant juste après une partie chantée. Ca nous a appris à composer intrinsèquement et à ne pas aller voir autre part pour trouver de l’inspiration. Et puis on est devenu un groupe que beaucoup prenaient comme influence. Ca s’est devenu plus important pour moi que d’avoir vendu des millions d’album.

Quel est l’album de Vision que tu préfère ?
Je dirai que je préfère “still” et “Fort the bleeders”, ils contiennent tous les deux l’intensité et ce que VOD représente véritablement et crûment. Je pense que “From bliss…” est un album génial et que si les gens l’écoute avec un esprit ouvert ils l’adoreront. Quand il est sorti on a perdu beaucoup de nos fans, mais après on a splitté, et alors on en a eu beaucoup de réponses positives.

Est ce que vous faites des reprises de Vision sur scène ?
Sûrement pas. C’est un nouveau groupe avec un nouveau son. Et on a pas envie de paraître comme des restes de VOD. Tu entendras bientôt que cet album va se lever par lui même et t’arracher ta putain de tête en un souffle.

Il y avait une rumeur concernant la sortie d’un dvd de Vision :
Cette idée n’est jamais venue au jour. Nous n’avons pas l’intention de revenir sur VOD. Bloodsimple est le futur pour les fans de Vision … et ils ne seront pas déçu.

Un dernier mot pour les lecteurs de Core and co :
Bloodsimple a hâte de frapper la France et toute l’Europe en 2005. Attends l’album qui sort début 2005 et d’ici là “Merci”
photo de Bender
le 10/03/2005

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements