Helmet - Interview du 30/03/2012

Helmet (interview)
 

L’histoire et surtout l’évolution d’Helmet – confirmé par tes propos dans les interviews – montre que tu as toujours été de l’avant, conduisant chaque album vers des changements, jusqu’à même des surprises (par exemple la reprise des Beatles ou le titre "Morphing" sur le précédent album) refusant constamment la stagnation ou le demi-tour. Au-delà du côté anniversaire de l’album, qu’est ce qui t’a fait penser qu’était venu le temps de regarder dans le rétroviseur et de mettre en place cette tournée de célébration de Meantime ? 

Et bien, comme cela fait 20 ans que l’on a enregistré l’album, notre ami Jan, qui est un organisateur allemand de concert, a évoqué l’idée de cette tournée… qui, pour nous, est en fait l’opportunité de venir à nouveau jouer en Europe.

 

Je ne sais pas si durant toutes ces années, et tous ces concerts, vous continuiez de jouer l’ensemble des chansons de Meantime ? Avez-vous eu à en réapprendre certaines, ou tout du moins retrouver l’ambiance, l’atmosphère dans laquelle elles avaient été composées ?

En fait nous avions déjà rejoué l’album dans son intégralité, du coup nous connaissons bien les chansons, mais, intentionnellement ou non, il y a sûrement quelques différences, quelques changements par rapports aux versions de l’album.

 

Qu’en est-il de l’anniversaire de Strap It On l’année dernière, comme j’ai plusieurs fois lu que c’était ton album « préféré » ? D’ailleurs, est-ce toujours ton « préféré » ?

Mes albums favoris sont Strap It On et Seeing Eye Dog, de leur début jusqu’à leur fin, je trouve ces deux albums réussis, ils me parlent dans leur ensemble, musicalement et textuellement parlant.

 

Écoutes-tu parfois tes anciens albums ? Et comment les vois-tu, les ressens-tu, pour quelqu’un qui les découvrirait aujourd’hui ?

Je n’écoute du Helmet que quand je dois réapprendre une vieille chanson pour les concerts ! Sinon je suis content que les chansons/albums passent les années, il se dit que les albums sonnent encore d’actualité, alors…

 

Je t’ai entendu dire aimer toutes les chansons que tu as enregistré et ne jamais être fatigué de les jouer parce que tu as toujours fait les choses selon tes envies et tes choix. Je suis certain que parmi tout ça il y a bien un riff ou une mélodie de guitare, voir une chanson en entière que tu as écrite et qui te tiens à cœur, que tu préfères jouer, plus que toutes les autres ?

Houlà, il y en a plusieurs – parmi les à peu près 65 chansons que nous connaissons et donc, aimons (bien que je doive régulièrement me rafraîchir la mémoire !) – comme "Welcome To Algiers", "In Person" et "White City" que j’adore jouer. J’aime aussi beaucoup jouer "Wilma’s Rainbow", "Milquetoast", "Blacktop", "Iron Head"… et d’autres. Par contre, pour moi le riff le plus cool à jouer, et aussi une parmi mes chansons préférées à jouer en concert, est certainement celui de "Tic".

 

Est-ce que pour cet anniversaire il y a des DVD ou des CD des concerts en préparation ?

J’aurais bien aimé avoir un budget à disposition pour ça…  J’encourage quiconque souhaite enregistrer/filmer les concerts… Nous ne sommes pas des businessmen, c’est juste que nous aimons bien écouter nos concerts, pour voir comment nous avons joué.

 

Il paraît que tu as beaucoup de concerts et d’inédits d’Helmet jamais édités/sortis, peut-on espérer un coffret d’archives ou quelque chose comme ça dans le futur ?

Idem, c’est encore une question de moyens… Nous n’avons pas de budget pour ce genre de choses, mais, bien entendu que j’ADORERAIS sortir ce genre de coffret… J’ai tellement de concerts enregistrés de 1989 à 2011, ce serait énorme…

 

Comment résumerais-tu en quelques notes ces 20 ans depuis la première édition de Meantime ?

Heu, « Wow, ça fait vraiment 20 ans ? » ! Et « Hey, je suis toujours là » !

 

Peux-tu nous parler de ton concert avec John Stowell (célèbre guitariste jazz depuis la fin des années 70. Ndr.) à Santa Monica, ce qui t’a amené à cette collaboration et s’il y a d’autres concerts de prévu ?

Et bien ce concert a eu lieu hier soir ! John est un véritable génie et a toujours été un de mes héros. C’est un véritable précurseur et en plus quelqu’un de vraiment bien. J’avais joué quelques chansons avec lui pendant les vacances de noël à Portland et, en gros, il a pensé que j’avais assez progressé pour faire un concert avec lui, alors il m’a offert la proposition ! J’étais tellement nerveux, je me sentais tellement mal avant le concert, il joue à un tel niveau harmonique, rythmique… Par moments j’avais l’impression d’essayer de m’accrocher à un rocher recouvert de mousse glissante pendant que les rapides de sa musique tentaient de m’emporter et de me faire couler (waou la métaphore ! Ndr.) ! Quel encouragement et quel honneur ça a été ! J’espère bien que l’on va faire d’autres concerts ! Son site internet c’est : johnstowell.com, et tu trouvera aussi plein de vidéos sur Youtube.

 

Après tout ce que tu as fait/réalisé jusque-là, y a-t-il d’autres collaborations/projets dont tu souhaiterais faire partie, que ce soit en metal, hardcore, rock, pop, blues, folk ou jazz ?

Oh oui ! J’ai encore des millions de choses à faire avant de mourir… Je voudrais aussi être un bon guitariste de jazz alors j’y travaille encore tous les jours. J’ai aussi commencé à écrire des parties musicales guitare/orchestre pour une pièce… et c’est un sacré boulot en fait !

 

Est-ce que le jazz est ta musique de « tous les jours », et est-ce le genre qui te permet de continuer de développer de nouvelles façons de jouer de la guitare ?

Exactement ! C’est le genre de musique le plus compliqué et le plus passionnant que je connaisse. On ne peut JAMAIS en venir à bout ni en épuiser les possibilités. Je trouve dommage que certains ne le comprenne pas… mais bon, ça ce n’est pas mon problème !

 

J’ai lu que tu avais étudié la musique de Charlie Parker (célèbre saxophoniste américain, initiateur du be-bop, décédé en 1955 suite à un mode de vie « sex, drugs & jazz, & drugs again ». Ndr.), as-tu vu le film que Clint Eastwood lui a consacré, Bird ?

Ce film est tout simplement superbe ! J’étais vraiment content que ce soit lui qui le réalise. Pour l’anecdote, c’est une actrice avec qui je suis sorti qui m’a fait découvrir le film ! L’automne dernier j’étais à Kansas City et j’ai visité le Jazz Museum juste quand ils réinstallaient le Sax alto de Bird sous verre. J’ai eu la chance de pouvoir prendre des photos, de toucher l’instrument et de tenir par la même poignée qu’à Bird tenu l’étui qu’il a utilisé pour emmener son instrument au Massey Hall en 1953 pour le concert avec Mingus, Max Roach, Dizzy et Bud Powell !

 

À New York, les Sonic Youth répétaient dans le même local que toi, à Los Angeles Anthrax et The Cult répètent dans ton local, tu es ami avec Reeves Gabrels et, par cette connaissance commune, David Bowie t’appelle pour savoir si tu peux remplacer Reeves et jouer avec lui en tournée (tournée Hours en 1999. Ndr.)… pour juste en nommer quelques-uns.  Est-ce que ton quotidien n’est fait que de gens « célèbres » pour nous ? Est-ce que ton banquier, c’est, heu, Gene Simmons (chanteur-businessman de Kiss. Ndr.), et ton boulanger quelqu’un du top 50 de MTV ?

Hahahahaha !  Nope, je ne suis un qu’un gars qui vient d’un petite ville, Medford, Oregon… Mes amis sont, charpentiers, un agent du FBI, un professeur de guitare… Pas des amis « connus ».

 

Tu as tourné aux quatre coins du globe, tu as vécu à New-York, en Allemagne, à Los Angeles maintenant, et peut-être à d’autres endroits auparavant, alors pourrais-tu nous dire quelles sont les choses qui font qu’un endroit est bien pour toi, pour que tu y vives ? Et selon tes critères, quels sont les éléments, évènements, qui font qu’une journée est une bonne journée pour toi ?

Une bonne journée c’est se réveiller avec un café, une guitare, et bosser sur des mélodies/thèmes de jazz, ensuite déjeuner avec un ami, une sieste (je suis vieux !!!), rejouer de la guitare puis prendre quelques bières avec des amis.

J’ai quitté New York car ça devenait hors de prix pour un musicien « indépendant ». Je m’y plaisais mais je me plais aussi à Los Angeles. Il y a moyen que chaque jour soit une superbe journée dehors. En ce moment il fait 75 degrés ( ? Ndr.) alors je pense aller courir 6 km dans les collines, regarder les fleurs, etc. La vie est courte, alors « count your blessings » !

 

Comment vois-tu aujourd’hui le « Stop Thinking / Start Fighting » qui était inscrit dans le boitier CD de Meantime ?

Je ne me souviens pas de cette phrase… Ce n’est pas de mes paroles, hum, peut-être que tu confonds avec un autre groupe ? On a besoin de « more thinking, less fighting » ! (c’est pourtant bien inscrit sous le disque quand on enlève le CD du boitier. Ndr.)

 

Si je te dis : « Time, is waiting in the wind / He speaks of senseless things / His script is you and me » ?

Je crois que c’est « waiting in the wings » ! Mais oui, ça ne peut qu’être du David Bowie, et j’adore !

 

Et que pourrait dire le Page Hamilton de 2012 à celui de 1992 et à celui de 2022 ?

Reste sur ton chemin / merci de ne pas t’être vendu !!!

 

 


 

Merci !

photo de R.Savary
le 16/05/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019