Rover le 05/03/2016, Hippodrome , Douai (59)

  • Rover (report)
  • Rover - photo1
  • Rover - photo2
  • Rover - photo3
  • Rover - photo4
  • Rover - photo5
  • Rover - photo6
  • Rover - photo7
  • Rover - photo8
  • Rover - photo9
  • Rover - photo10
  • Rover - photo11
  • Rover - photo12
  • Rover - photo13
  • Rover - photo14

Les samedis soirs hivernaux sont lugubres dans le Nord.
Il pleut, il vente, il ne fait pas bon vivre. Bref, on a pas trop la patate ce soir du 5 Mars. On se dit que quitte à se plomber le moral, autant aller à Douai (déjà, ça c'est chaud). Voir Rover (le challenge suicidaire).
 

Lorsqu'on arrive face aux colonnes grecques de l'Hippodrome de Douai (ce qui démarque pas mal de l'architecture rouge brique locale), on bascule dans un premier monde. Puis dans un second lorsqu'on va se gonfler l'estomac d'une Karmeliet bien fraîche pour Monsieur, un coca trop tiède pour Madame. Le tout dans un bar qui pourrait être le cadre d'un film sur l'Occupation. On ne dirait pas avec les mots que j'ai choisis, mais il y a un certain charme à tout cela.

En fond sonore, on entend Mansfield Tya qui a entamé son show depuis 20 minutes. Jamais je ne serai à l'heure pour une première partie. Je dois également avouer que cette découverte ne m'avait pas enchantée lors d'écoutes sur le net, et que je souhaitais garder mes veines closes jusqu'à la tête d'affiche.

L'arrivée des premiers spectateurs pendant et juste après leur set n'a pas éveillé en moi le moindre regret. Il n'empêche que le groupe commence à creuser son sillon. Tout doucement avec son rock-electro, posé et chanté en français. A défaut de te faire mover le body, le groupe devrait s'installer dans le paysage musical des années à venir.

A peine a t-on évacué la Karmeliet dans ce qui n'était pas un urinoir de Duchamp, nous nous sommes installés dans le théâtre à la romaine, en amphithéâtre pour nous ASSEOIR. 
 

Tu es bien sur Coreandco.fr, rassure-toi. Ok, on cause concert dans un théâtre. Pour un live que l'on vit assis, pourquoi pas. D'un artiste qui a reçu une victoire de la musique (et une 2ème nomination en 2016) . Je sais, c'est troublant, mais une fois tous les 10-15 ans, le paysage musical français s'enrichit d'un artiste à part. Un gars qui a son univers. C'est sans doute en cela que Rover a sa place sur nos pages.

C'est sans doute pour cela qu'il a pris tant de place dans ma vie. Avec son physique de rugbyman en fédérale, Rover débarque avec ses musiciens face à un amphithéâtre blindé. 400 curieux, mélomanes pas franchement bavards, mais qui vont rapidement être pris par de sacrées compos.
 

Avec son physique de bonhomme que t'emmerdes pas dans les bars (et pourtant* !), ce mec n'a pas la LES voix de son physique. Une sorte d'Antony and the Johnsons en moins "maniéré" (Tiens pour ta culture).

Sa voix masculine, pas spécialement grave mais lourde de nonchalance (le côté Gainsbourg meets Interpol), bascule vers des hauteurs insoupçonnées.
Derrière ses Ray-Ban de branleur, le personnage semble avoir l'attitude hautaine et un petit air narquois sur visuel du second album. Il est pourtant timide, agréable,  avec un petit regard à la fois triste et malicieux, "pas fier-cul pour deux sous" comme on dit chez nous (et peut-être chez toi).

Mais parlons musique. Parce que si le mec est sympa sur scène, il est aussi doué, tout comme les mecs derrière.
Avec une petit priorité pour "Let it glow", le premier album est aussi abordé.
 

Si la voix déraille avant d'être complètement chaude, le groupe, lui, ne fonctionne pas au diesel.
Tous se connaissent et savent faire leur job, en restant plutôt discrets.
Au départ, peu expressifs, les musiciens se lâchent et osent s'avancer un peu sur scène, des échanges entre chacun se créent, et le batteur, sans taper brutalement, sans être démonstratif a une jolie frappe sèche.
Les artifices scéniques se résument à quelques tubes lumineux (aux couleurs changeantes à chaque titre, histoire de bien distinguer les univers), complétés par un show du lighteux  qui met notamment Timothée (aka Rover) en ombre géante, ou véritable star avec un projecteur qui lui donne des allures presque mystiques.

Le public est enthousiaste, peu avare en applaudissements, mais plutôt silencieux, sans doute pris dans le flot assez entêtant, presque psychédélique, de la guitare, d'un clavier au son froid-presque new/cold wave, d'une ambiance presque écrasante de la basse.
Pourtant, on respire aussi, grâce...à la mélancolie de cette voix qui grimpe vers les aigus. 
La musique de Rover est gavée d'émotions, qui ont peut-être tendance à se répéter sur la longueur...mais qu'importe : on se laisse emporter.

Parfois le groupe semble se perdre, durant 2-3 minutes, comme lorsque le leader grimpe aux côtés du claviériste...et joue aussi du Bontempi. C'est un peu foutraque, pas mal inutile.

Mais encore une fois, la qualité des compos fait le truc.

"Aqualash", le "tube" du premier, "Turgar", "HCYD" et "Odessey" sont autant de titres marquants à l'atmosphère si particulière. On pense à Bowie, parce que c'est devenu la mode, mais parce que c'est vrai aussi. 
C'est riche, carrément subtil, personnel, avec des bonne parties de marrade entre deux morceaux, qui changent des "Ça va _inclure la ville du concert_ ?", "J'vous entends pas !".
Bref, la France pond (et laisse percer) rarement des artistes dans ce genre. Profitons-en...


*Rover nous a conté une escapade du groupe dans un café à Douai. Abordé par un monsieur que l'on imagine facilement houblonné jusqu'aux yeux, la tension serait montée entre le groupe au style vestimentaire remarquable et capillaire original pour la contrée nordiste. 
A croire que la réflexion: "Y n'a qu'y sont d'jà habilé pour ch'carnaval" ait été mal prise.

**photos 100% bios. Merci à l'équipe de l'Hippodrome de Douai pour son accueil !

photo de Tookie
le 12/03/2016

Les photos

Rover le 05/03/2016, Hippodrome , Douai (59) - photo1Rover le 05/03/2016, Hippodrome , Douai (59) - photo2Rover le 05/03/2016, Hippodrome , Douai (59) - photo3Rover le 05/03/2016, Hippodrome , Douai (59) - photo4Rover le 05/03/2016, Hippodrome , Douai (59) - photo5Rover le 05/03/2016, Hippodrome , Douai (59) - photo6Rover le 05/03/2016, Hippodrome , Douai (59) - photo7Rover le 05/03/2016, Hippodrome , Douai (59) - photo8Rover le 05/03/2016, Hippodrome , Douai (59) - photo9Rover le 05/03/2016, Hippodrome , Douai (59) - photo10Rover le 05/03/2016, Hippodrome , Douai (59) - photo11Rover le 05/03/2016, Hippodrome , Douai (59) - photo12Rover le 05/03/2016, Hippodrome , Douai (59) - photo13Rover le 05/03/2016, Hippodrome , Douai (59) - photo14

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme

GROUPE


évènements

  • LIONS METAL FEST le 1er juin 2019 à Montagny (69) avec VADER, BENIGHTED,...
  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019