Fred barjo Odonae disquaire cd/vinyle et libraire spécialisé manga à Lille Acheter CD et vinyles doom métal pas chers FRANK CARTER & The Rattlesnakes + GodDamn à La Maroquinerie à Paris le 6 octobre 2016
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

7 days before - "Rip it burn it"

7 days before - "Rip it burn it"
chronique 7 days before - Rip it burn it
7.5/10 0
Acheter 7 days before Rip it burn it sur Amazon

CD album CD album

 

Style musical : 

Métal Punk

 

Année : 

2010

 

Tracklist :

No Defense
Silence a solution
Rip it, burn it
Guillotine
From my Window
The Dark Passenger
Petrified

 

Label : 

Autoproduction
Dans le même style :
Stanley Kubi - Music By

J'ai longtemps été tenté de copier-coller cette chronique : 

 
Si le groupe se contente de copier/coller ses compositions d'une production à l'autre, je ne vois pas pourquoi les chroniqueurs ne pourraient pas faire de même.
Parce qu'il faut bien l'avouer, à peu de choses près, le groupe n'a pas changé.
La présence de "Guillotine" déjà audible sur la démo le prouve, ce titre n'ayant pas évolué d'un poil.
 
Toujours attiré par le mélange des genres, les français mêlent leur métal avec un chant rappé, des rythmiques parfois punk et des mosh-parts tout ce qu'il y a de classique. ("No defense").
 
Le chanteur déverse toujours le même flow rageur, appuyé parfois par des chœurs (refrain de "Silence a solution"). Le ton se durcit clairement sur "Rip it burn it" et devient carrément explosif sur "From my window".
C'est la surprise de cet ep en 1min40 : le groupe n'y va pas de main morte et fait dans le punk sans encore une fois se fondre dans le cliché du style.
En passant sur l'interlude circassien, qui est en vérité l'introduction de l'excellent final "Petrified" (un peu raté sur la question du chant pour l'occasion, manquant de punch et alourdi par des chœurs hurlants), 7 days before confirme.
 
Confirmer sans évoluer n'est pas gênant à ce stade, c'est d'ailleurs une bonne chose car 7 days before peut maintenant songer à conquérir de nombreux auditeurs...
Une démo et un ep qui ne seront que les premières marches à grimper pour un groupe qui ne manque pas de potentiel et de percutant.J'ai longtemps été tenté de copier-coller cette chronique : 
http://www.coreandco.fr/chroniques/7-days-before-7-days-before-1838.html
 
Si le groupe se contente de copier/coller ses compositions d'une production à l'autre, je ne vois pas pourquoi les chroniqueurs ne pourraient pas faire de même.
Parce qu'il faut bien l'avouer, à peu de choses près, le groupe n'a pas changé.
La présence de "Guillotine" déjà audible sur la démo le prouve, ce titre n'ayant pas évolué d'un poil.
 
Toujours attiré par le mélange des genres, les français mêlent leur métal avec un chant rappé, des rythmiques parfois punk et des mosh-parts tout ce qu'il y a de classique. ("No defense").
 
Le chanteur déverse toujours le même flow rageur, appuyé parfois par des choeurs (refrain de "Silence a solution"). Le ton se durcit clairement sur "Rip it burn it" et devient carrément explosif sur "From my window".
C'est la surprise de cet ep en 1min40 : le groupe n'y va pas de main morte fait dans le punk sans encore une fois se fondre dans le cliché du style.
En passant sur l'interlude circassien, qui est en vérité l'introduction de l'excellent final "Petrified" (un peu raté sur la question du chant pour l'occasion, manquant de manque et alourdi par des choeurs hurlants), 7 days before confirme.
 
Confirmer sans évoluer n'est pas gênant à ce stade, c'est d'ailleurs une bonne chose car 7 days before peut maintenir songer à conquérir de nombreux auditeurs...
Une démo et un ep qui ne seront que les premières marches à grimper pour un groupe qui ne manque pas de potentiel et de percutant.J'ai longtemps été tenté de copier-coller cette chronique : 
http://www.coreandco.fr/chroniques/7-days-before-7-days-before-1838.html
 
Si le groupe se contente de copier/coller ses compositions d'une production à l'autre, je ne vois pas pourquoi les chroniqueurs ne pourraient pas faire de même.
Parce qu'il faut bien l'avouer, à peu de choses près, le groupe n'a pas changé.
La présence de "Guillotine" déjà audible sur la démo le prouve, ce titre n'ayant pas évolué d'un poil.
 
Toujours attiré par le mélange des genres, les français mêlent leur métal avec un chant rappé, des rythmiques parfois punk et des mosh-parts tout ce qu'il y a de classique. ("No defense").
 
Le chanteur déverse toujours le même flow rageur, appuyé parfois par des choeurs (refrain de "Silence a solution"). Le ton se durcit clairement sur "Rip it burn it" et devient carrément explosif sur "From my window".
C'est la surprise de cet ep en 1min40 : le groupe n'y va pas de main morte fait dans le punk sans encore une fois se fondre dans le cliché du style.
En passant sur l'interlude circassien, qui est en vérité l'introduction de l'excellent final "Petrified" (un peu raté sur la question du chant pour l'occasion, manquant de manque et alourdi par des choeurs hurlants), 7 days before confirme.
 
Confirmer sans évoluer n'est pas gênant à ce stade, c'est d'ailleurs une bonne chose car 7 days before peut maintenir songer à conquérir de nombreux auditeurs...
Une démo et un ep qui ne seront que les premières marches à grimper pour un groupe qui ne manque pas de potentiel et de percutant.J'ai longtemps été tenté de copier-coller cette chronique : 
http://www.coreandco.fr/chroniques/7-days-before-7-days-before-1838.html
 
Si le groupe se contente de copier/coller ses compositions d'une production à l'autre, je ne vois pas pourquoi les chroniqueurs ne pourraient pas faire de même.
Parce qu'il faut bien l'avouer, à peu de choses près, le groupe n'a pas changé.
La présence de "Guillotine" déjà audible sur la démo le prouve, ce titre n'ayant pas évolué d'un poil.
 
Toujours attiré par le mélange des genres, les français mêlent leur métal avec un chant rappé, des rythmiques parfois punk et des mosh-parts tout ce qu'il y a de classique. ("No defense").
 
Le chanteur déverse toujours le même flow rageur, appuyé parfois par des choeurs (refrain de "Silence a solution"). Le ton se durcit clairement sur "Rip it burn it" et devient carrément explosif sur "From my window".
C'est la surprise de cet ep en 1min40 : le groupe n'y va pas de main morte fait dans le punk sans encore une fois se fondre dans le cliché du style.
En passant sur l'interlude circassien, qui est en vérité l'introduction de l'excellent final "Petrified" (un peu raté sur la question du chant pour l'occasion, manquant de manque et alourdi par des choeurs hurlants), 7 days before confirme.
 
Confirmer sans évoluer n'est pas gênant à ce stade, c'est d'ailleurs une bonne chose car 7 days before peut maintenir songer à conquérir de nombreux auditeurs...
Une démo et un ep qui ne seront que les premières marches à grimper pour un groupe qui ne manque pas de potentiel et de percutant.
photo de Toukene
le 03/08/2010

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

INTRONAUT + SHINING au CCO de Villeurbanne le 22 septembre : 2 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Quilt - Held in splendor

COREandCO radio

Évènements

INTRONAUT + SHINING au Preo à Oberhausbergen le 23 septembre 2016Intronaut + Shining au CCO Villeurbanne le 22 septembre 2016FRANK CARTER & The Rattlesnakes + GodDamn à La Maroquinerie à Paris le 6 octobre 2016