Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff

  • Klone (report)
  • Klone - photo1
  • Klone - photo2
  • Klone - photo3
  • Klone - photo4
  • Klone - photo5
  • Klone - photo6
  • Klone - photo7
  • Klone - photo8
  • Klone - photo9
  • Klone - photo10
  • Klone - photo11
  • Klone - photo12
  • Klone - photo13
  • Klone - photo14
  • Klone - photo15
  • Klone - photo16
  • Klone - photo17
  • Klone - photo18
  • Klone - photo19
  • Klone - photo20
  • Klone - photo21
  • Klone - photo22
  • Klone - photo23
  • Klone - photo24
  • Klone - photo25
  • Klone - photo26
  • Klone - photo27
Le report de Domain-Of-Death :

Klone à la fonderie : 2ème partie…
Il y a un peu plus d’un an la bande de Poitier enregistrait « The Eye Of Needle » au studio Sextan de Malakoff. En juin dernier celui-ci était disponible en libre téléchargement. Nous arrivons maintenant au 21 octobre : date choisie par Klone pour faire son comeback chez Sextan à l’occasion d’un concert privé…très privé même, puisque je pense que l’audience ne dépassera pas les 50 personnes.
Klone commence maintenant à prendre une sacré envergure au niveau national ; un concert en comité si réduit, dans un lieu si particulier que La Fonderie, n’est donc pas un fait banal… Rien que le fait d’organiser un concert privé n’est pas une chose répandue dans notre petit monde du metal ! On a l’habitude des "release party" pour fêter la sortie d’un album, mais celles-ci se passent généralement dans des bars, des caves ou autres squattes. Ça n’a, à peu près, rien à voir avec le décor de ce soir… Et sur ce coup là, on peut dire que Klone n’a pas hésité à mettre le paquet !

Je vous avais déjà présenté ces locaux lors du studio report en juillet 2010. On retourne donc à La Fonderie (studio d’enregistrement de la société Sextan) avec sa surface au sol de 140m² et ses 6 mètres de haut ; ce qui est une sacré belle bête pour un studio d’enregistrement. Ce studio a été conçue pour produire essentiellement des formations de jazz et musiques acoustiques, la pièce a donc était traitée en conséquence afin d’avoir un rendu acoustique le plus neutre possible. Pour être plus claire : tu mets « Black Days » dans la chaîne hi-fi de ton salon, tu tournes le volume (et n’hésite pas à tourner c’est ça qui est bon), et tu commences à te rapprocher du son qu’on a eu au concert. Toutes les conditions étaient réunies pour avoir un son irréprochable : très bonne acoustique, très bon zicos et très bon ingé son.
Le concert a duré une bonne heure et c’est bien entendu l’ingé son perso du groupe qui s’en est occupé. Inutile de vous dire qu’il connait les morceaux par cœur et que tous les effets ponctuels qu’on a sur l’album (reverb’ et delay sur les voix, reverb’ de caisse claire, etc…), ont été parfaitement reproduit. Contrairement à ce qu’on entend quasiment partout, ces petits détails esthétiques ne sont pas noyés et rendus inaudibles dans une bouillie sonore d’arrière-plan. On distingue tout comme sur un album, et j’ai étais bluffé de voir que le chanteur reproduit à l’identique ses lignes de chant en live.
Pour couronner le tout le groupe a diffusé le clip de « The Eye Of Needle » pendant ce morceau, joué en fin de set. Une vidéo bien psyché qui nous plonge encore plus dans l’atmosphère du groupe !

En plus d’un environnement sonore au poil, le groupe a également bénéficié d’une captation vidéo par les élèves de l’école EMC (rattachée historiquement à Sextan). Avec un peu de chance on pourra peut-être accéder à ces images assez rapidement…
Quand je vous disais que Klone a mis le paquet sur cette soirée, c’est qu’ils n’ont pas fait semblant du tout !

Et quand on se dit qu’ils ne pouvaient pas aller plus loin… Et bien ils sont allés plus loin ! Tout le concert a était enregistré en multipistes dans la cabine du studio par Quentin Fleury, qui c’était déjà occupé d’une partie de l’enregistrement et du mixage de « The Eye Of Needle ». Donc au final, les absents n’ont pas à le regretter puisque non seulement cette soirée a été filmée en multi-caméra, mais également enregistrée en multi-piste. Il ne reste plus qu’à espérer que ces supports voient le jour rapidement, car pour avoir jeté une oreille furtive sur l’enregistrement, il serait dommage que ça reste dans le fond d’un tiroir…


Le report de Cglaume :

C’est tout juste le lendemain d’une date à la Scène Bastille aux côté de T.A.N.K. et Crossing The Rubicon que Klone a choisi d'offrir un concert privé à un noyau de fans privilégiés. Le lieu: le Sextan, studio situé à Malakoff, au sein duquel le groupe a enregistré The Eye Of Needle, morceau fleuve / EP sorti plus tôt cette année. 19h45, rue Eugène Varlin: si on n’était pas aussi sûr de l’adresse et de l’heure du rendez-vous, on ne pourrait se douter qu’une fiesta metal est sur le point d’avoir lieu dans les parages. En effet nul chevelu ne traîne dans les alentours immédiats de cette rue au sein de laquelle le Sextan n’est même pas explicitement indiqué.

Plutôt que d’attendre sagement à l’extérieur que Sésame veuille bien s’ouvrir, la Core&Co team (Tibal Musette et son gros engin qui fait des merveilles dans les salles obscures, accompagné du lapin crétin cglaumien) profite d’une entre-ouverture de porte pour se faufiler à l’intérieur, et aller taper un peu la discute avec Florent (qui nous apprend que de nouveaux titres de Step In Fluid sont en travaux!) et Hugues. Puis arrive pour le groupe le moment d’aller effectuer les derniers réglages avant le show. C’est que la Klonoteam profite de cette soirée spéciale non seulement pour agrémenter son interprétation scénique de « The Eye Of Needle » d’un support vidéo – ce qui implique de lancer celle-ci au quart de coup de cymbale près, tâche pas si évidente que cela pour l’ingé-son qui a déjà d’autres chats à fouetter –, mais aussi pour filmer leur prestation au moyen de pas moins de 3 caméras. Un minimum de préparation est donc nécessaire, et pendant que les uns et les autres prennent leurs marques, Yann s’échauffe comme pour un triathlon. On peut d’ailleurs vous confier que l’on a enfin percé l’un des secrets lui permettant de bénéficier d’une telle voix, même en live: toujours inclure à sa préparation physique une séance de poirier (de « piquet » si l’on en croit la terminologie Yannesque) qui assure équilibre, tonus et voix de braise…

Mais les quelques grosses poignées de personnes invitées (on dira entre trente et quarante personnes…) commencent à affluer doucement dans le studio, et après une attente raisonnable, le groupe revient sur la « scène » (pour le coup les « planches » en question sont les mêmes que celles que l’on foule: pas d’estrade surélevée ici), sur fond d’écran « géant » affichant la cover de Black Days. Le groupe évolue ce soir en formation réduite, Matthieu Metzger étant pour le coup remplacé par des bandes. Mais cela n’affaiblit en rien la prestation du groupe, particulièrement en forme ce soir. S’ensuit en effet un concert impressionnant, sans faille ni pet aucun, carré à l’extrême, axé autour d’une setlist quasi-identique à celle du show de la veille, à l’inversion près des titres « Spiral Down » et « Immaculate Desire ». Evidemment on ne s’attendait pas à être déçu, mais là le doute n’est plus permis: ce mélange personnel de metal moderne, de passages sombres et progressifs, de groove monstrueux et de bon vieux rock bien rugueux n’est clairement pas un obscur assemblage de fond de studio mais bien un fruit gouteux à consommer aussi bien sur CD que dans la sueur d’une salle de concert. On retiendra particulièrement les prestations de Florent, magistral, dont la pulsation rythmique fait circuler l’oxygène jusqu’aux moindres extrémités de l’organisme Klonien, et de Yann, impérial, dont la voix est définitivement l’une des plus grandes forces du groupe. Côté show, c’est Yann, Guillaume – bonnet vissé sur la tête – et Hugues qui assurent le spectacle, Michael se faisant un peu plus discret dans le coin gauche de la « scène ». Outre The Eye Of Needle qui clôt le set du groupe, c’est Black Days qui fournit l’essentiel des titres interprétés ce soir, à l’exception notable de « Promises » et « Empire Of Shame », extraits de All Seeing Eye. Bien qu’il serait assez dur de pointer du doigt des moments faibles, on reconnaitra que la tension monte quand même d’un cran sur des titres comme le superbe « Promises », « Rain Bird », « Immaculate Desire » – intense émotionnellement, bien que moins pêchu – et les 2 monstres que sont « The Spell Is Cast » et « Give Up The Rest ». Mais « The Eye of Needle » est loin de constituer le parent pauvre du concert, et si sa première partie est certes assez sombre et torturée, sa 2e moitié se révèle beaucoup plus viscéralement catchy, son « I’m – still – hungry for your – flesh » résonnant longtemps dans nos têtes après que le concert se soit terminé. Visuellement, ces 2 derniers titres sont magnifiquement accompagnés d’un montage vidéo « impressionniste », tout en fluides, substances et formes furtives… Ce support visuel s’avère tout à fait approprié, peut-être un peu trop d’ailleurs, notre esprit ayant tendance à se perdre dans ce kaléidoscope incessant au lieu de se concentrer sur la prestation du groupe…

Et comme si cela ne suffisait pas de vivre un concert aussi intense en petit comité, à la fin de celui-ci le groupe nous convie à un véritable buffet où bière, alcool divers et tout l’arsenal du pot réussi attendent la bande de morfales assoiffés que nous sommes afin de soulager gorges sèches et estomacs gargouillants, ceci tout en nous donnant l’occasion de tailler le bout de gras avec le groupe et les autres invités.

Bordel, quand vous alliez un talent aussi évident avec un capital sympathie – et une modestie, les 5 poitevins étant à des lieues de se prendre la tête – aussi élevé, le monde vous appartient! Quand on pense que les invitations étaient gracieusement distribuées sur Facebook à ceux qui en faisaient la simple demande, on se dit que – plus que jamais – les absents avaient cruellement tord…


Setlist:
1) Spiral Down
2) Promises
3) Rain Bird
4) Empire Of Shame
5) Immaculate Desire
6) Closed Season
7) The Spell Is Cast
8) Give Up The REst
9) The Eye Of Needle part 1
10) The Eye Of Needle part 2

photo de Cglaume
le 14/11/2011

Les photos

Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo1Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo2Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo3Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo4Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo5Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo6Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo7Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo8Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo9Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo10Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo11Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo12Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo13Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo14Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo15Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo16Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo17Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo18Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo19Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo20Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo21Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo22Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo23Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo24Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo25Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo26Klone le 21/10/2011, Studio Sextan, Malakoff - photo27

1 COMMENTAIRE

Pidji

Pidji le 14/11/2011 à 09:36:08

ça donne bien envie en tout cas. Grr.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • LIONS METAL FEST le 1er juin 2019 à Montagny (69) avec VADER, BENIGHTED,...
  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019