Fred barjo Odonae disquaire cd/vinyle et libraire spécialisé manga à Lille Acheter CD et vinyles doom métal pas chers
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

As I Lay Dying - "The Powerless Rise"

As I Lay Dying - "The Powerless Rise"
chronique As I lay dying - The Powerless Rise
7,5/10 0
Acheter As I lay dying The Powerless Rise sur Amazon

CD album CD album (44:14)

 

Style musical : 

Metalcore

 

Année : 

2010

 

Tracklist :

1. Beyond Our Suffering
2. Anodyne Sea
3. Without Conclusion
4. Parallels
5. The Plague
6. Anger and Apathy
7. Condemned
8. Upside Down Kingdom
9. Vacancy
10. The Only Constant Is Change
11. The Blinding Of False Light

 

Label : 

Metal Blade Records

 

Lieu d'enregistrement : 

Lambesis Studio & Signature Sound (batterie)
Dans le même style :
August Burns Red - Thrill seeker

 

Tim Lambesis, leader de As I Lay Dying, est vraiment une personne hyperactive et n’arrête pas de jongler entre ses différentes casquettes de musicien et de producteur. Il y a un an, As I Lay Dying sortait son CD/DVD Live « This Is Who We Are », puis quelques mois plus tard c’est le « Double Brutal » de Austrian Death Machine (side project de Tim) qui apparaît dans les bacs. Entre temps le bougre a rebossé avec Sworn Enemy en les produisant à nouveau pour leur dernier album « Total World Domination », sorti l’année dernière.

Les californiens sont présents sur la scène depuis les débuts du mouvement metalcore, et sont donc considérés comme l’un des piliers de cette scène avec quelques autres comme Killswitch Engage ou Shadows Fall.

 

« The Powerless Rise » est leur cinquième album et succède à « An Ocean Between Us » paru en 2007. Le style du groupe est bien rodé et la musique reste fidèle à elle même d’album en album, celui-ci ne devrait donc pas déboussoler les fans du combo. C'est en partie dû à des groupes comme eux que l’on assiste à une croissance exponentielle de formations de metalcore. En tout cas la musique d’As I Lay Dying n’a rien perdu de sa brutalité et reste carrément catchy avec des riffs de gratte bien Thrash et toujours aussi inspirés ! Vient se greffer à ça le jeu du batteur qui reste très carré et imperturbable dans sa précision. Les parties de blast du groupe ont un impact supérieur à la moyenne et vous laissent tout simplement sur le carreau et ce dès le premier morceau. Le premier titre est d’ailleurs l’un des plus brutaux de l’album (avec « Without Conclusion » et « Condemned ») mais également l’un des plus courts, pas de ralentissements mélodiques ou refrains chanté, ça cartonne du début à la fin !

Quant à la voix de Tim, on peut juste dire qu’elle a été des centaines de fois imitée mais tant qu’il sera là les autres resteront dans son ombre ; il nous montre encore une fois que ses capacités vocales sont très larges : on va du hurlement metalcore standard aux grosses voix gutturales qui flirtent avec le Death, et le guitariste prend le relais pour les parties chantées qui sont devenues la marque de fabrique du combo.

 

En effet, As I Lay Dying reste quand même la référence des formations de metal en terme de mélodies. Le groupe a très bien su s’inspirer de la scène scandinave dès le début de leur carrière ! Depuis, ils n’ont fait que redoubler de créativité avec des parties mélodiques très accrocheuses. Ça va parfois assez loin et on flirterait presque avec le néo sur des morceaux comme « Anger and Apathy », mais perso je n’ai pas trouvé ça gênant car la musique reste bien groovy, et ça passe comme une lettre à la poste. Après plusieurs écoutes, la plupart de leurs refrains vous rentrent en tête et beaucoup sont amenés à devenir des hymne du metalcore comme « Anodyne Sea » (pour son refrain) ou « Parallels » pour sa conclusion mélodique bien Heavy. De plus, même avec le temps, As I Lay Dying a gardé un esprit Hardcore qui plane sur leur musique ; on le ressent dans la structure des morceaux avec des parties saccadées ou mid-tempo qui donnent envie de mosher comme un possédé, ou dans le chant de Tim très rauque et puissant.

 

« The Powerless Rise » est donc un album comme As I Lay Dying a l’habitude de nous offrir : une musique brutale, catchy et plutôt bien foutue, avec une grosse dose de mélodies toutes fraîches et une maîtrise vocale qui impose le respect. Niveau son, c’est de la grosse prod’ américaine, et c'est le groupe lui-même qui s’en est chargé avec l’aide d'Adam Dutkiewicz (Killswitch Engage)et Daniel Castleman du Lambesis Studio. Le tout a été mixé par Colin Richardson (Trivium, Devildriver, Chimaira, Cannibal Corpse...) et masterisé par Ten Jensen (Alice In Chain, Bullet For My Valentine, Deftones...). Cerise sur ce gâteau déjà bien garni, c’est une fois de plus Bannon de Converge qui s’est attelé à l’artwork.

photo de Domain-of-death
le 22/06/2010

Note des commentateurs : 7/10 (sur 1 votes)

Commentaires

kurton

Sa note : 7/10

kurton le 22/06/2010 à 17:23:53

IP : 66.46.169.98

Bon album pour un groupe de qualité.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

INTRONAUT + SHINING au CCO de Villeurbanne le 22 septembre : 2 places à gagner !

FOGWAX : 2 CDs à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

L'homme puma - EP

COREandCO radio

Évènements

KICKING FEST 2016 avec LES SHERIFF, BURNING HEADS, GUERILLA POUBELLE, COOPER, NOT SCIENTISTS, THE DECLINE!, GAS DRUMMERS, THE BLACK ZOMBIE PROCESSION, FLYING DONUTS, HATEFUL MONDAY et d'autres les 24 et 25 juin 2016  à NimesINTRONAUT + SHINING au Preo à Oberhausbergen le 23 septembre 2016Intronaut + Shining au CCO Villeurbanne le 22 septembre 2016