Thou - Umbilical

Chronique CD album (48:53)

chronique Thou - Umbilical

Allez hop, c’est porte ouverte avant de parler du nouvel album :

 

Qui veut du Thou en version punk crue, prod’ sale du début ? Ou du Thou en version gros son propre et puissant ? Qui veut du Thou tout seul ou plutôt du Thou collaboratif ? Du Thou « comme d’hab’ ou du Thou au chant clair ? Du Thou qui fait des titres originaux ou plutôt des reprises grunge (Nirvana, Alice In Chains, Soundgarden, Pearl Jam) ? Du Thou qui va lentement, très lentement ou du Thou qui accélère ? Du Thou en 1 album ou du Thou en plusieurs E.P ? Du Thou aéré ou du Thou comprimé ?...

 

Parce que oui, Thou c’est tout ça, répandu sur un max de disques, albums E.P, Splits, collaborations, compilations de reprises, tributes… Alors du coup, toute la particularité que l’on a pu aimer sur un disque, on ne le trouvera pas forcément sur l’autre. Mais Thou est grand, Thou est tentaculaire même, comme la batterie sur ce nouvel album d’ailleurs. Thou est plein de surprises. Une deuxième certitude, elle concerne la « formule » : Thou c’est des gars de La Nouvelle Orléans qui veulent en découdre, qui ont un chant hurlé assez particulier, qui ne sont pas cons, qui ont de très grosses pédales de distorsions, et qui savent jouer plus lentement que la moyenne. Voilà. Et également qui ne jouent pas les rebels yell junkies without a cause mais ça, ça allait avec le « pas cons ».

 

Je me rends compte que l’on n’a pas beaucoup parlé d’eux sur le zine. Pourtant ils étaient partout à un moment. La découverte grand public avec le superbe Heathen, la tournée qui en suivit, la réédition des albums avec des pochettes différentes et mis en téléchargement gratuit je crois… Jusque plus tard avec une sortie de Magus sur un label bien diffèrent de cette approche violence musicale, à savoir les suberbes Sacred Bones Records, et puis plusieurs albums ou E.P en 1 an, ou presque, et puis un album au chant clair inattendu, deux albums collaboratifs forts appréciables et appréciés, et puis trois autres…. Etc, etc. Et au milieu de tout ça la mode du “Sludge” est arrivée, passée, puis s’en est allée se cacher, et Thou est resté. Plus grand, plus fort, plus large, plus osé, plus risqué, plus fragile. Tout simplement plus intéressant. Le cadre est posé.

 

Et nous voilà avec Umbilical, à nouveau sur Sacred Bones Records, qui va permettre d’interpeller ceux qui ont raté le coche, pour se rendre compte que à la croisée du punk, du hardcore, de la noise, de l’indé et du metal, et bien Thou est peut-être le meilleur groupe dans le sens celui qui a déjà le plus offert et encore le plus à offrir.

Ce nouvel album apporte une nouvelle « approche » qui aura peut-être fait tiquer les amateurs du groupe dans la phrase précédente, à savoir la partie « metal ». Parce que punk, hardcore, noise… c’est bien ancré depuis le début. Pour l’approche metal par contre – les reprises de Black Sabb’ ça ne compte pas -  je trouve qu’elle peut aujourd’hui être plus clairement décelée dans ce nouvel album. De la production puissante, avec surtout certains riffs de guitare et des passages à la double pédale, on peut ressentir à certain moment un nouvel équilibre. Si je vous dis qu’avez une certaine « rondeur » dans les cordes j’ai à un moment pensé à Meshuggah, surprenant non ? Sauf si cela s’est déjà manifesté sur un Thou que je n’ai pas entendu. Mais sur "Lonely Vigil" ce fût mon ressenti.

 

Le jeu de batterie, énorme, tentaculaire comme je disais, massif, parfois hypnotique, servi par un très gros son, est également à remarquer. Dans cette approche l’album sonne encore plus lourd, plus lent qu’auparavant. Ou tout du moins dans des passages. Car sur d’autres c’est presque une nouvelle allure qu’affiche le groupe. "Panic Stricken, I Flee" parait sonner aux riffs pop rock en intro, tout en étant cramé dans la distorsion, pour ensuite redevenir plus typé Thou et enfin finir avec une voix fantôme évanescente. Et ce terrible "House Of Ideas"….avec un break-outro qui n’est pas sans rappeler l’intro de "Plagues" de Converge. Et puis toujours cette lourdeur, cette chaleur, cette pression, ce chant incandescent avec ce phrasé qui traaaaine la note en fin de mot, un peu comme Martin Van Drunen de Asphyx ou Jacob Bannon de, encore Converge, pour un rendu terriblement venimeux.

 

Umbilical nous présente un Thou encore plus heavy, plus explosif, musicalement parfois plus accessible (pour qui accepte cette voix), pour un album encore plus Thou que Thou. Un groupe qui fait son chemin en creusant de l'avant sans se répéter.

 

photo de R.Savary
le 30/05/2024

7 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 30/05/2024 à 23:15:55

Une bonne sortie en effet ! Faut que je l'écoute plus attentivement mais les premières écoutes m'ont emballé.

HaL0

HaL0 le 31/05/2024 à 02:09:37

Nouvelle sortie de Thou!! Je m'en vais siroter ça... effectivement le nouveau batteur est une classe au-dessus des précédents, au Hellfest il m'avait scotché. Grosse baffe au Hellfest 2022 d'ailleurs leur show... ce groupe mérite amplement la reconnaissance qu'il gagne peu à peu.

Moland

Moland le 31/05/2024 à 03:22:07

Peu couvert chez nous mais on a quand même chroniqué leur magnifique collab avec Emma Ruth Rundle. "The Valley" me fout la chiale. 

Xuaterc

Xuaterc le 01/06/2024 à 09:26:44

J’avais fait un jeu de mot pourri sur le nom du groupe mais on a menacé de le retirer ma carte de presse. Mais « vous pouvez pas désolé, j'suis qu'un simple stagiaire, l'oubliez pas »

HaL0

HaL0 le 02/06/2024 à 21:57:07

Dommage oui... le nom du groupe dit en "Frenchie" c'est juste pas possible, putain quel dommage...

el gep

el gep le 02/06/2024 à 22:55:32

Mais non, mais non, thou est bien qui finit bien...

Neo hc

Neo hc le 05/06/2024 à 18:39:49

Le batteur est également batteur dans un groupe qui s'appelle Yautja,  si vous connaissez pas, je vous le recommande chaudement 🤘

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Ta Gueule - Déstockage Massif
Ihsahn - Telemark