S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Dirty Fonzy - "Underground city"

Dirty Fonzy - "Underground city"
chronique Dirty Fonzy - Underground city
7/10 0
Acheter Dirty Fonzy Underground city sur Amazon

CD album CD album (34 minutes)

 

Style musical : 

Punk-rock

 

Année : 

2010

 

Tracklist :

Daddy was a Dirty Punk
No Apologies
Brand new day
Abolition of works
Underground City
Ok Alright
Bored Teenagers
Song for a Trader
Fuck You
Mama is a Crust
My Girl
Human Vegetable
You Suck
Walk Away

 

Label : 

Dirty muzik
Dans le même style :
Spark Gap - The Boys From Alaska

"Et comment il est Fonzie ?"

"...Il est...cool..."
Pulp Fiction 1994.
 
Ouais, il est cool, mais quelques albigeois le préfèrent sale.
Toujours est-il est que Dirty Fonzy peut être sale oui.
Un sale chant rocailleux, hargneux, punk à 33 export dans l'âme. Un chant à l'ancienne avec des chœurs qui font "Hey hey hey".
Dès "Daddy was a dirty punk" on comprend l'héritage musical que traîne le groupe depuis ses débuts.
Le groupe n'a rien inventé, il le sait, mais il tente de le faire au mieux.
Du coup, ça marche plutôt bien avec un son d'une grande propreté. Pas très punk, mais dans l'air du temps.
 
Ensuite, niveau influences, on va taper dans les grands noms : les Ramones ou même les Clash.
Le groupe est capable de faire le grand écart entre des éléments plus pop-punk ("Brand new day" ou "Abolition of work"), partir dans l'acoustique avec "Bored teenagers" qui nous rappelle l'album précédent déjà chroniqué en ces pages (lien).
Puis le groupe sait continuer dans une veine plus punk dans les termes avec "Song for a trader" et baser son titre sur un banjo et un harmonica pour lui donner une toute autre ambiance.
On retrouvera souvent cette volonté de sortir du système : chant / guitare / batterie / basse puisque sur "Mama is a crust", "Human vegetable", "Walk away" ou "My girl"  des cuivres feront leur apparition.
Ils jouent souvent quelques notes que la guitare reprend ensuite.
 
On dépasse péniblement les trois minutes : tout n'est pas fait dans l'urgence punk. On a certes des choses assez simples, directes mais aussi légères et accessibles. "Fuck you" ou le sprint de "You suck" assez représentatif pour cela.
Dirty Fonzy s'efforce de tenter d'autres choses en proposant le jazz/groovy "Human vegetable" ou de rendre le punk dansant sur "Walk away".
Des tentatives qui sont loin d'être vaines parce que la sauce prend assez facilement.
 
Le plus regrettable au fond est tout de même cette voix brisée fort monocorde qui aura vite fait de saouler beaucoup d'auditeurs.
Mais dans l'ensemble, les français offrent un bon album, assez léger en surface, riche en profondeur.
 
"Et comment ils sont les Dirty Fonzy ?"
"Ils sont...coooooooollllssss"
photo de Toukene
le 27/05/2011

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

INTRONAUT + SHINING au CCO de Villeurbanne le 22 septembre : 2 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Voivod - Target Earth

COREandCO radio

Évènements

INTRONAUT + SHINING au Preo à Oberhausbergen le 23 septembre 2016Intronaut + Shining au CCO Villeurbanne le 22 septembre 2016FRANK CARTER & The Rattlesnakes + GodDamn à La Maroquinerie à Paris le 6 octobre 2016