Archgoat - Worship The Eternal Darkness

Chronique CD album

chronique Archgoat - Worship The Eternal Darkness

Les jumeaux Puolakanaho n’en ont pas fini avec leur w(h)or(e)ship de Satan.

 

Si vous pensiez que pour leur 30 piges, ils allaient se mettre à réciter des homélies de merdasse. La preuve avec le titre de leur dernier album à la pochette quand même super classe. Mais qui fera flipper, cependant, l’autre empaffé de Moulins-Beaufort.

Z’avez qu’à suivre un minimum l’actualité française si vous voulez piger qui est cette tête de mort.

 

Les allergiques au combo auront un nouveau choc anaphylactique et la fan base ne sera pas trop perdue.

On retrouve ainsi les ingrédients des bœufs sataniques de Turku.

L’intro anti #Mee too annonce le bouzin. Le chant de crapaud top maléfique syndical enfonce le burin. Plus loin, on entendra, comme d’hab, le son du tocsin. Après le solide "The Luciferian Crown", on en attendait pas moins.

Le premier morceau, fugacement nimbé d’un nappe de clavier, présente le Black tel que Archgoat l’a toujours envisagé : un wagon de mauvais goût jouissif, un semi remorque de brutalité excessive et toujours cette passion de l’underground chevillée au calcife.

Dans la rapidité et la crudité, c’est bien là que les gaziers s’épanouissent. Quand les pénis grandissent et les cerveaux rétrécissent.

Alors, ne pas apprécier des morceaux comme "In Extremis Nazarene" ou encore, "Empyrean Armageddon", c’est faire encore preuve de trop de socialisation.

 

Le mid tempo se montre parfois bien gras du bide comme sur "All Christianity Ends". On est d’accord. Mais en queue de peloton, le pesant" Burial Of Creation" fera brûler le torchon. Pour pouvoir le balancer au milieu de l’eucharistie. Alors que le cureton cornu met son gros cierge dans une jeune bouche à la place d’une hostie. Car évidemment le barnum de blasphème de pacotille du Black est ici porté au pinacle.

Et puis Archgoat glisse encore un morceau de punk au cœur du tabernacle. Ce sera ici le rôle de "Rats Pray God", pas plus con qu’un titre d’Imp’ Naz’ et plus fun que le Nuclear Metal Bidochon de Mika Le Pochtron.

 

Les Archgoat se foutent de l’évolution d’une scène devenue bien trop intellectuelle.

Les Finlandais, eux, continuent, de manier la truelle.

photo de Crom-Cruach
le 25/11/2021

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 25/11/2021 à 11:46:47

Vas-y l'autre comment il balance son slam !

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 25/11/2021 à 12:26:03

Ben oui, on n'est pas chez les hippopotames.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021