Art Brut - Brilliant ! Tragic !

Chronique CD album (40)

chronique Art Brut - Brilliant ! Tragic !

La trajectoire de ce groupe tant à démontrer qu’il n’y a décidemment pas de hasard. Bien dans son temps, bien dans son époque avec un œil en permanence rivé sur le rétroviseur, Art Brut forme un tout.  Du patronyme choisi en regard de la définition du peintre Jean Dubuffet : « L’art créé par des individus sans culture artistique » jusqu’à la gouaille du leader Eddie Argos, rien ne manque pour ces personnages (héros de BD) et leurs disques contemporains.

Brilliant ! Tragic ! ne ment pas à l’effort et garde la même trajectoire pour un rock particulièrement incisif comme peut le proposer The Fall. Une espèce de chronique perpétuelle des faits divers quotidiens décalés, déclamée par un journaliste acerbe et cynique, so british isn’t it.

 

Art Brut, c’est avant tout, Eddie Argos. Il scande plus qu’il ne chante (oui comme Mark.E.Smith) des thèmes éculés et pas franchement originaux. Dans le temps, il a pris le parti de décrire ses performances dans « Rusted Guns of Milan » sur leur album Bang Bang Rock’n’Roll, et de se mettre à rêver d’être l’ombre du bouffon de Jarvis Cocker (Pulp). Ce sacré bonhomme est la force autant que la faiblesse du combo. Soit on adhère, soit on rejette.  Il s’en amuse d’ailleurs d’Axl Rose dans le morceau du même nom et trouve son apogée dans « bad comedian ».

 

Si les débuts du groupe en 2003 ne présageaient que suffisance, arrogance, naïveté pour ne pas dire bêtise, il faut croire que les scènes, les studios et tout bonnement l’expérience jouent en faveur du combo. Avec ce quatrième effort, on va enfin les prendre au sérieux ?! C’est le brave Frank Black (Francis) qui produit l’ensemble pour un disque plus ramassé moins éclaté donc qui conserve malgré tout quelques tics d’antan. Des riffs acérés à la rythmique sautillante bien rebondie. Art Brut tutoie la sainte trilogie The Fall/Wire/Gang of Four, la verve politique en moins.

photo de Eric D-Toorop
le 21/06/2011

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements