Azarath - Blasphemers' Maledictions

Azarath - "Blasphemers' Maledictions"
chronique Azarath - Blasphemers' Maledictions

Il paraît qu'à quelque chose malheur est bon... c'est sans doute à cause de la religion qui gangrène la Pologne que ce pays est peuplé de groupes de Brutal Death et Brutal Black particulièrement furibards... Bref, on s'essaiera à la philosophie de comptoir plus tard, après avoir causé de la nouvelle tartine de Azarath et en avoir dit le plus grand bien... à moins que...

 

Même s'il est composé de gugusses venus de Behemoth, Damnation et Witchmaster, Azarath est plus qu'un groupe parallèle sans grande envergure, au fil d'albums impeccables, il  a traversé les strates de l'underground et déboule aujourd'hui avec un album qui surprendra les fans. Si l'ambiance ultra evil est toujours au rendez-vous, si la rapidité et la hargne sont intactes, Azarath nous revient avec un visage quelque peu métamorphosé... Si les précédents opus sentaient le soufre où clapotent Rebaelliun, Ophiolatry et d'autres joyeux turlurons des établissements Lucifer, Death Metal & Cie, ce nouveau bébé lui, s'est drapé dans une aura nettement plus Black Metal. On vomit l'hostie de son baptême pour embrasser un Azarath transfiguré qui a les miches collées entre deux chapelles... mais qui garde l'équilibre entre Death et Black.

 

Lorsque l'on se fait gober l'oreille par Blasphemers' Malediction, on pense immédiatement aux fripons de Belphegor; une rapidité extrême, une ambiance qui ferait repeindre sa soutane à Benoit 88, des vocaux aigres aux accents incantatoires et une technique bien ficelée qui ne gâche en rien la furie déployée au travers de ces onze aubades dédiées à la gloire du camarade Satan. On trouve même des touffes de Marduk qui frétillent entre les avalanches de fulguro-blasts qui hument le Impiety des bons jours. Tout est clair, fluide, limpide et irréprochable. Du Brutal Death copieusement enragé qui s'entortille dans un suaire Black Metal, efficace, épais, compacte mais... mais hélas relativement creux...

 

L'ensemble de l'album est une pure débauche de rage, tout est carré, tout est propre... trop propre. D'un précision chirurgicale, Blasphemers' Malediction manque cruellement de patate... il manque à l'album un certain aspect jubilatoire... On écoute l'album, on est d'abord ravi et puis rapidement le soufflé retombe et on se tape un disque relativement banal, trop hygiénique et trop policé... Bref, ça manque d'instinct...

 

La prod' est à l'image de la musique qu'elle appuie: énorme, incisive, tranchante, propre et hélas terriblement aseptisée... Un album aimable gorgé de jolies choses, on passe un moment agréable, on se prête au jeu de cette grosse baudruche satanique... qui inexorablement se dégonfle à vue d'oeil... Snif...

 

A consommer rapidement après ouverture.

photo de Cobra Commander
le 17/10/2011

1 COMMENTAIRE

Domain-Of-Death

Domain-Of-Death le 17/11/2014 à 17:59:20

Je suis sur le coup pour le précédent, et je trouve celui-là vraiment classe et au-dessus de ce qu'ils ont pu faire jusque-là. Justement avec ce côté Black incisif comme tu dis :) Je suis un peu plus enthousiaste que toi sur celui-là!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements