Barbar'o'rhum - Journal de B'O'R

Chronique CD album (65:00)

chronique Barbar'o'rhum - Journal de B'O'R

OUVREZ LES YEUX BANDE DE MOUTONS! NOUS SACHONS! Les chiffres parlent d’eux-mêmes: comme le montre ce graphisme, la hausse générale de la température mondiale est très largement corrélée à la baisse du nombre de pirates sur les sept mers depuis 1800.

 

L’augmentation du nombre de tempêtes, de tremblements de terres et autres catastrophes naturelles, un hasard? Je ne crois pas!!!!!!!! Heureusement que des équipages comme celui de Barbar’O’Rhum en ont conscience et portent bien haut l’héritage de l’époque glorieuse de la guerre de course.

Deuxième embarquement à bord de la Mouette Rieuse, après le premier, nommé Toutes les Routes Mènent au Rhum (chroniqué ici). Le capitaine Barbedrut est toujours le maître à bord mais depuis ses précédentes aventures, l’équipage s’est considérablement étoffé avec l’arrivée de Sonja Larouge, Ben La Buse et Christopher Woody, respectivement à la vielle à roue, la guitare et la batterie. Cette inflation au niveau du line-up s’est accompagné d’un très net étoffement du son. Oubliées les guitares et la batterie un peu légères du prédécesseur, ces instruments ont gagné en épaisseur. On retrouve maintenant parfois chez les pirates un petit côté Jaldaboath.

Toujours aussi inclassable d’un point de vue stylistique, les pirates de Barbar’O’Rhum poursuivent un but: faire danser les foules au son de son mélange entre Metal, Rock Celtique, musique traditionnelle, Punk et chansons à boire. Mais ce n’est pas tout, de nombreux autres ingrédients, viennent arranger le cocktail B’O’R: une ambiance arabisante sur « Birdy », ou encore de l’auto-tune et des passages Reggae pendant « Frères de Bitte ». Si vous connaissez l’album précédent du groupe, vous ne serez pas surpris entendre se succéder des claviers typés Black Sympho, un riff punkisant et un reel irlandais. Tout comme la production, l’écriture a gagné en efficacité et l’auditeur a moins l’impression d’écouter un patchwork musical comme cela pouvait parfois être le cas sur Toutes Les Routes Mènent Au Rhum, l’ensemble est plus cohérent. L’équipage réserve également de nombreuses surprises comme par exemple « Le Rocher Des Pirates », complètement décalé ou le final de « Le Robin Des Mers » (solo inclus), ou encore certaines parties de l'instrumental final « P'tits Rafiots ».

 


Bien évidemment, les paroles abordent toutes des thématiques pirates: le côté inéluctable de l’appel de la mer sur « Pirates Des Champs » ou certaines créatures légendaires avec « La Chasse Au Kraken » et « L’Antre de Davy Jones » (deux titres qui n’auraient pas dépareillé sur un album de Metal Folk). Mais ces considérations ont également une résonance jusqu'à notre époque: sous ses airs grivois, « Frère De Bitte »(c’est compliqué d’avoir le refrain dans la tête au moment de se coucher) aborde la crise du logement, la soif de liberté...

Coincé entre les promo de Crépuscule D’Hiver et celui d’Apockryphon, je dois avouer que ce Journal de B’O'R est un peu mon plaisir coupable qui permet de mieux vivre l'ambiance générale actuelle mais aussi les affres et  les transports en commun de Bordeaux (j'irais peut-être plus vite à bord d'un trois mâts).

photo de Xuaterc
le 31/10/2020

2 COMMENTAIRES

Seisachtheion

Seisachtheion le 31/10/2020 à 13:22:50

J'ai été en contact avancé avec ce groupe pour une future Seisach metal night. J'ai alors appris que l'arrivée d'un nouveau batteur, plus bourru que le précédent, avait obligé les membres à se sortir les doigts et à accélérer le tempo ! Renfort salutaire donc ! 

Xuaterc

Xuaterc le 31/10/2020 à 13:45:09

Je les avais fait jouer aux Runes avec Sam Is Drunk et Anaxagor. C'était un très chouette concert et en plus ce sont des gars et des filles sympas

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021