Bloodwrath - The Hate Effect

Bloodwrath - "The Hate Effect"
chronique Bloodwrath - The Hate Effect

Aie, aie, aie… En voilà un album frustrant… Les british de Bloodwrath sortent avec ce The Hate Effet leur premier album chez Rising Records. Et le résultat est mi-figue, mi-raisin.

 

Musicalement je dois dire que ça envoie plutôt bien la boulette, on est dans un Death metal assez conventionnel, plutôt accrocheur avec quelques touches mélodiques à l’occasion qui sont bien pensées. Mais je ne sais même pas comment vous décrire leur musique tellement ça ressemble à tout ce qui se fait de plus classique en Death metal… Bon d’accord tout ne se vaut pas, je vais essayer de faire un effort quand même, car il y a tout de même de bonnes choses. On alterne entre une face très lourde, crade et crue d’un Death à la Fleshless, voire plutôt rappelant les dernières heures de Trigger The Bloodshed (en plus mollasson) pour une prod’ plus similaire ; et une autre plus moderne et mélodique avec parfois un très bon groove qui m’a rappelé du Whitechapel, alors qu’il n’y a vraiment pas grand-chose de Deathcore chez Bloodwrath

 

Donc voilà, ça tourne plutôt bien, on est entre le groove moderne et le côté dégueulasse un peu plus traditionnel du Death metal. Le rendu est donc vraiment accrocheur et les structures sont bien diversifiées, je dois même avouer que techniquement les mecs savent de quoi ils causent et musicalement le groupe pioche dans un panel de références assez variées, ce qui fait qu’on ne s’ennuie pas du tout. The Hate Effect aurait pu être un très bon album de Death metal au sens large, mais au lieu de ça c’est un album qui ne pourra, à mon avis, jamais marcher car le travail sur la voix est dégueulasse (et pas dans le bon sens du terme). J’ai fait tourner l’album pas mal de fois pour essayer de m’habituer à la voix du mec, mais il n’y a rien à faire ! Elle est dans un registre proche de celle de Chris Barnes : une voix très rocailleuse, mais à l’excès… En plus de ça le chant est très monocorde, il n’y a aucune nuance, et cette voix néandertalienne ne fait rien passer du tout. On entend que le chanteur se racle le fond de la gorge à outrance et je trouve ça juste insupportable.

 

Donc voilà comment gâcher un album très simplement : une voix pourave. J’aurais pu déballer une chro de 15Km en chipotant sur les différents passages plutôt sympa de la musique de Bloodwrath, mais ça ne sert à rien puisqu’il y a un élément de premier plan dont on ne peut faire abstraction et qui me rebute complètement. 

photo de Domain-of-death
le 21/03/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019