Brought By Pain - Crafted By Society

Chronique Maxi-cd / EP (16:52)

chronique Brought By Pain - Crafted By Society

« Brought By Pain » signifie en gros « déclenché par la douleur ». Il pourrait donc s’agir du pseudo d’une dominatrice sur www.romancesbdsm.fr. Ou d’une périphrase visant à évoquer la douloureuse acquisition du savoir par l’expérience, l’envie de débrancher le respirateur artificiel, ou pourquoi pas la prise de conscience que non, ce n’est pas de la vaseline mais de la sauce samouraï que Bryan est en train d’utiliser par erreur. Mais dans le cas présent Brought By Pain se contente d’être le joli nom plein de papillons adopté par cinq Québécois afin de résumer en un minimum de caractères le maelstrom sonore produit par leurs instruments. Pourtant non, on ne parle ici ni de Tough Guyz Hardcore ni de Gégène Brutal Death: les garçons font plutôt dans l'artisanat local – ce qui signifie, vu que ceux-ci crèchent à Montréal, du Tech Death finit au scalpel. Et si vous vous demandez si celui-ci est servie dans sa version poutine grasse du viscère ou dans sa version adoucie au sirop d’érable, sachez que les 2 tiers des cordes grattées dans le line up le sont par des membres de Beyond Creation (et Equipoise pour le bassiste), ce qui milite plutôt pour la 2e option… Et se vérifie rapidement!

 

Oui, Crafted by Society n’est qu’un EP 3 titres – donc il va falloir faire court, ok – mais c’est (pour le moment) la dernière manifestation discographique en date du groupe, après un premier et unique album sorti en 2011. Si je ne vous en parle qu’aujourd’hui, c’est qu'il s'agit d'un achat perso, et que ceux-ci attendent toujours qu'une place se libère dans la longue file des nouveautés à chroniquer pour se dégoter une place en ces colonnes. Ce qui est aujourd’hui le cas, et qui profite à cette petite mais scintillante pépite.

 

Fidèle au pedigree de ses géniteurs, cet EP est une superbe pochette surprise blindée de plans supraluminiques aussi furieux que maîtrisés, de guitare leads qui twinnent avec une élégance rare, de micros qui essuient vagues growlées après déferlantes shriekées, de basse fretless dodue, et de batterie à ramifications multiples, le tout étant brodé en une trame multicolore extrêmement serrée. On pense à Beyond Creation, donc, à une version américaine de Gorod, à Atheist aussi, et on se laisse porter par ces flots certes tumultueux mais néanmoins amicaux, car généreusement mélodiques. Je pourrais vous lister quelques-uns de ces passages qui poussent le palpitant à faire des cabrioles, mais on va tenter de rester concis. Plus intéressant peut-être sera d’indiquer que le groupe place systématiquement une, voire deux pauses interludesques en travers de ses titres avant de repartir le riff au vent, un peu comme une Formule 1 qui s'arrête au stand pour changer ses pneus et se faire refaire les niveaux avant de repartir brûler de la gomme dans les virages. Sur « Ending » c’est à 2:54 que soudainement de trépidants pointillés aériens viennent enlacer une batterie aux cymbales à l’affût. A 3:48 sur le morceau-titre, cet accès Swing’n’Roll décalé laisse croire un moment à l’une de ces espiègleries dont Matthieu Pascal (Gorod, justement) est friand. Et à 3:13 c’est une respiration jumelle de celle de « Ending » qui permet au morceau de reprendre à la fois son souffle et de l’élan (des Canadiens qui reprennent de l’élan ? C’est de la goinfrerie caractérisée!)… Plus de groupes devraient pratiquer ce genre de pauses intermédiaires, afin de rebondir de plus belle!

 

Crafted by Society est donc un pur produit du grand nord-américain qui mélange expertement artillerie impitoyable et velouté mélodique (ce dernier trahissant parfois un je ne sais quoi d’At The Gates) le long de fresques fractales éblouissantes où batifole une belle basse rebondie. Avec ses avant-bras de déménageur et son costard de gala, Brought By Pain séduira aisément les amateurs de Metal exigeant qui aiment que de larges pans de dentelle décorent les cuirasses les plus épaisses.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: Crafted by Society est un autre de ces enfants métis dont le Québec a le secret, issu d’un papa bûcheron qui blaste et d’une maman joaillière qui brode. Avec trois titres aussi effilés, c’est autant les doigts dans le nez que sur le manche que Brought By Pain met l’ensemble des fans de Beyond Creation et Gorod dans sa poche.

 

photo de Cglaume
le 28/12/2020

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021