Bud Spencer's clout - Crime Busters

Chronique Maxi-cd / EP (21 min)

chronique Bud Spencer's clout - Crime Busters
Aux amateurs de Southern Stoner Rock, accrochez-vous, voici un des dignes représentants français du genre. Bud Spencer’s Clout est né en 2005, ici tous les zicos officient aussi dans d’autres formations et se retrouvent autour d’un verre de Jack pour jammer.

Bud Spencer ça vous dit quelque chose ? bien sûr le gros de votre enfance qui filait des coups de baffe à foison dans des westerns spaghetti type années 60-70 avec un certain Terence Hill. Vous situez le genre « parlons peu mais parlons bien surtout avec des claques », vous voyez alors l’idée de ce que peut être la formation Bud Spencer’s Clout : du lourd, de l’humour, de l’arrogance, de la puissance et surtout de la maîtrise.

Après une démo et des premières parties mythiques comme THE WHO, Casbah Club ou Mudweiser, ils nous reviennent avec un EP 6 titres au doux parfum de gasoil. Influencé par des groupes comme Clutch, Down, Kyuss et Queen of the Stone Age, il est assez évident de deviner la couleur de cet EP : un rock gras, sans répit, sans concession, vous vouliez du lourd et du dégoulinant ? vous êtes servi ! Pourtant, la musique reste quand même groovy et voire même sensuelle !
L’artwork de l’EP lui-même est classieux, travaillé, un peu cliché par les items mais d’une superbe qualité.

Le chant nous emmène entre colère, impétuosité et sensualité, on est méchant mais sous l’enrobage se trouve un cœur fondant pour séduire les demoiselles,… puis les grosses voitures et les grosses guitares ça va bien un moment mais faut aussi un peu de douceur. L’EP regorge de petites subtilités vocales que se partagent le chanteur, le bassiste au ton grave et gras et le guitariste à la tonalité stridente glamesque… et ces jeunes en jouent avec brio comme le titre « I will » le prouve : chant principal, chant secondaire + chœurs le tout magistralement arrangé.

Les guitares sont tranchantes et lourdes à la fois. Les riffs catchy sauvagement exécutés vous entêtent et égalent sans problèmes ceux des pères ricains (« Lord Prayer »). Le jeu contient un feeling particulier, il n’est cependant pas toujours d’une précision redoutable. Mais bon, c’est aussi ce qui en fait son charme et son authenticité.

La basse plutôt typée dans le registre medium, tantôt souligne efficacement la guitare mais tantôt s’en détache pour jouer de petites descentes de notes subtiles.

Les parties batteries sont groovy et maîtrisées, et nous défient comme sur « Naughty Boy ». La batterie dans cet EP est littéralement la « voûte » centrale de l’ensemble et c’est la première chose qui frappe à l’écoute.

La production de qualité, assez agressive pour le style, reste bien grasse et n’oublie aucune partie, et les petits effets bien placés sur la voix montrent qu’on peut bien avoir un son un peu crade dû au style mais qu’on peut apporter un côté pro sans trop en faire.

Bref un bon petit EP pour fan de gros rock… show them fuckin’ respect !
photo de Rose
le 27/04/2008

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Arkona - Yav
Chronique

Arkona - Yav

Le 05/06/2014

White Sparrow - The Anchor