Close Your Eyes - Empty Hands And Heavy Hearts

Close Your Eyes - "Empty Hands And Heavy Hearts"
chronique Close Your Eyes - Empty Hands And Heavy Hearts

Close Your Eyes est une des récentes recrues de la grosse machine Victory Records dont beaucoup disent qu’après de glorieuses années à défendre des groupes de qualité,  leur politique artistique s’apparenterait maintenant à une girouette de la mode.  En 2010 nos 5 compères sortaient leur 1er LP We will Overcome et ils reviennent en 2011 avec ce Empty Hands and Heavy Hearts. N’étant pas trop de la hype je n’avais jamais entendu parler de ce groupe avant, je découvre leur potentiel par cet album.

 

Il parait que le punk hardcore mélo a le vent en poupe, et c’est pour cela que Close Your Eyes aurait eu l’opportunité de signer sur Victory ; je vous cite l’analyse de mecs un peu impliqués dans le milieu... Personnellement je ne suis qu’un auditeur qui se cantonne a écouter des CD’s et ça s’arrête souvent là.

 

Il est vrai, d’un côté, que les groupes de punk rock hardcore avec un petit coté mélo sont légion en ce moment, ça pousse de tous les côtés. Certains arrivent à tirer leur épingle du jeu mais la plupart sont noyés dans la qualité moyenne de leur travail… Et pour ce Close Your Eyes, j’avoue ne pas le trouver vraiment repoussant ; c’est sûr que ça sent assez souvent le réchauffé, des gimmicks usités maintes fois par leur ainés se font entendre à répétition, mais c’est difficile de s’affirmer avec une personnalité à part entière. Avec cette multitude de prétendants on passe forcément dans le déjà entendu. Mais CYE possède une certaine personnalité. J’accorde beaucoup d’importance à la voix généralement, et ce monsieur Shane Raymond a bien quelque chose qui me fait accrocher à leur musique.

 

Le hic se fait sentir dans la durée de l’album : 43mn c’est beaucoup pour le genre, et le quintet donne l'impression de ne pas avoir passé tant de temps que ça à la composition, l’effet de redondance se fait de plus en plus sentir au fur et à mesure que l’on approche de la fin et l’envie d’arriver au bout se fait plus forte aussi…

 

Donc je garde une impression très mitigée de cet album, on y trouve du bon, mais le son trop aseptisé, et leur inspiration très limitée font qu’on a du mal à tenir jusqu’au douzième titre. Tant pis, encore un groupe affichant quelques qualités mais qui sera sûrement noyé dans la foule par son manque d’éloquence.

photo de Biflam
le 24/02/2012

1 COMMENTAIRE

pndi

pndi le 27/02/2012 à 12:31:25

A préférer le premier opus, un poil moins long et un peu plus varié que celui-ci où j'ai le sentiment d'écouter la même toune une douzaine de fois.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019