Corpsessed - The Dagger And The Chalice

Corpsessed - "The Dagger And The Chalice"
chronique Corpsessed - The Dagger And The Chalice

Dans "death metal" il y a zombie, gras du bide, sueur et bière vous en conviendrez mais il y a aussi ambiance de fournaise, lourdeur malsaine et technicité hors pair.. Où se situe Corpsessed, le bien nommé groupe finlandais dans tout cela ? Et bien un peu partout à la fois, ce qui fait sa force et qui ne l'inscrit ni forcément dans la case "swedish old-school" ni dans celle de la nouvelle ère amenée par les groupes de l'hémisphère sud. Outre son patronyme génial et sa pochette qui donne envie de s'en envoyer un bon morceau, que ce cache-t-il derrière ce premier brûlot ?

Les groupes de death metal actuels ont soit tendance à revenir vers la poisseuse bande à Petrov (de Nihilist à Carnage), soit à suivre la lignée savoureuse des Portal ou Ulcerate. Corpsessed lui s'en balance et envoie une sauce chargée en calories et en tesson de bouteille (ce son de gratte a mi-chemin entre une plaquette de beurre et du fil barbelé rouillé). Ultra gras et incisif, les riffs sous accordés imposent tout de suite une ambiance sidaïque zombiesque à l'ensemble. On à l'impression qu'Obituary aurait croisé Impetuous Ritual et Immolation au détour d'une chimio avant de faire un jam avec le peu d'énergie qu'ils leur restent. Pesante et acide, la musique des finlandais bouillonne de bonnes idées et frôle parfois un doom-death sulfureux ("Massgrave"). C'est dans cette approche Corpsessed se ressent comme old-school (on a même le droit à quelques "HUH" discrets mais nécessaires). Putride et malsain ("Crypt Infester"), et en même temps suffisamment accrocheur pour ne jamais lasser l'écoute ("Nameless Cult"), The Dagger And The Chalice s'inscrit finalement de part son épaisseur et son dynamisme, dans la droite lignée des Funebre, Demigod ou Abhorrence de l'école finlandaise.

Bon je vous l'accorde, au final cette question de old-school/new school on s'en fout, l'important c'est la puissance de ce disque et ce qui en ressort. Une bouffée d'air toxique, un gros relent de cadavre, une ballade dans un marais caustique. Tout ce que le death metal à l'ancienne à dans les tripes quand elles ne sont pas à l'air, avec un côté rock'n'roll moins prononcé mais un goût pour Autopsy et tout ce qui fait de peu ragoutant pour les oreilles sensibles.
Une grosse surprise et une belle réussite pour les amateurs du genre, et un groupe à suivre de près aux côtés des Witchrist, Vorum ou Venenum. Longue vie à la mort !

photo de Viking Jazz
le 15/02/2013

1 COMMENTAIRE

slipman

slipman le 15/02/2013 à 09:44:29

pas mal en effet , ça me fait penser un peu à Sonne Adam

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Black Rainbows - mars 2017
Cowards - février 2015