Da grind - Split CD

Da grind - "Split CD"
chronique Da grind - Split CD
Voici donc un Split 4 voies regroupant quatre groupes de grind (vous l´aurez compris) dont certain ont déjà de la bouteille (desecrator ayant plus de dix ans de carrière).

Disaster nous propose un grind orienté brutal death, grosse voix omniprésente dans le plus pur style, ça reste moins mono-syllabique que le chanteur de Devourment (genre cro-magnon sortant de sa caverne et pas content du tout !). Réhaussé de cris plus aigus, la musique bourre bien ; remarquez c´est du grind ! On a même le droit à un solo pendant "Birth of ignorance". Grosse basse tout au long des morceaux, compos fouillées déviant presque sur du brutal-death.

Le grind d´Elysium et le plus criard du split et le plus old-school. Le chanteur s´époumone à éructer dans des wha-wha-wha son texte de façon typiquement écorché. Honnêtement c´est pas original mais rudement efficace, un peu comme leur grind qui envoie la sauce en direct (vite fait, extrêmement bien fait) dans notre gueule et ça fait très mal. Bien punk, bien rentre dedans.

Sick bag ou comment un jeunes groupe en remontrerait presque au plus vieux. Ici la batterie sonne bien grind, à la fois grosse est sèche ; basse bien saturée, guitare envoyant des riffs saccadés, ça blaste pas mal, leurs morceaux arrivent à imposer une certaine ambiance ; leurs compos sont sans doute moins simples qu´elles ne le laissent paraître. La longueur des morceaux leur permet de les construire avec des break et ralentissements - euh non excusez-moi accélérations. Là ça joue vite mais surtout violemment. Les vocaux sont plus typés hard-core avec de fortes réminiscences de brutal death quand ça brutalise et que ça joue encore plus fort.

Desecrator finis le split avec un grind juteux, ça explose de partout... Le batteur enquille blasts sur roulements de cymbales, basse de punk-êxtrème, guitare calée sur un riff et c´est partis. "Pas compliqué", ils emmanchent court, direct, ultra efficace. Dommage que le son soit en dessous de leurs camarades de split. La voix est caverneuse pour le chanteur et criarde pour les rappels.

Au final Dead cirkus nous présente quatre groupes aux personnaliltés bien distinctes malgré leurs apartenances aux même mouvement, prouvant par là même que le grind est riche en musique diverses et variées. Seul défaut : le son faiblard pour desecrator.
photo de Sepulturastaman
le 11/05/2006

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019