Dactyl - Teething

Chronique Maxi-cd / EP

chronique Dactyl - Teething
Baltimore, USA. Le temps est pas terro, DACTYL se met en marche (Comment ça je suis très très lourd sur ce coup ? Bon ok je l’avoue ah ah ah). Bref, c’est le label punk Reptilian Records qui a produit ce disque (déjà responsable de PG 99) sorti en 2006, le groupe revendique des influences comme UNSANE, JESUS LIZARD ou HELMET : autant dire que sur le papier tout ça est bien alléchant !

Larsens de guitares, amorçage du titre par la batterie, c’est parti. Dans ce début d’album on a l’impression d’avoir à faire à un groupe punk DIY, dans la voix chantée (pas forcément belle d’ailleurs, rien de saisissant) et le côté brut des guitares. Puis le côté rock/noise prends sa place petit à petit et on comprends pourquoi le groupe cite JESUS LIZARD. Malgré tout, le punk reste le style de prédilection du combo, mais on sent les capacités à introduire des plans beaucoup plus rock dans l’esprit à n’importe quel moment.
« Dry snitch » fait ressortir le côté UNSANE que DACTYL nous a annoncé, avec une rythmique moins punk et 2 guitares jouant 2 parties bien distinctes. Ca repart punk vers la fin mais je suis déjà plus friand de ce titre proposé. Bon par contre je ne suis toujours pas fan de la voix, je l’avoue (il y a d’ailleurs 2 commis au chant, le guitariste et le bassiste, mais ni l’un ni l’autre n’élève le niveau). « Snakehead fish » continue dans l’esprit noise sale ; d’ailleurs la voix l’est beaucoup plus sur ce titre également ce qui donne une meilleure cohérence à la musique. « Pull the pin ! », qui cloture ce disque, me fait un peu penser à l’univers des MELVINS : une avalanche de larsens durant une éternité, et ce n’est finalement que dans la dernière minute 30 (sur 5 au total) que le titre démarre (pour somme toute quelque chose qui restera très classique).

Je reste déçu par ce disque ; bah ouais, avec les influences citées je pouvais m’attendre au meilleur. Bon, ce n’est pas le pire que DACTYL nous sert, et certains titres sont bien sympas, mais rien de transcendant, rien qui ne fera décoller ce 8 titres à la fin de l’écoute. Je note quand même qu’à partir du milieu du disque, les chansons sont déjà plus intéressantes, insistant plus sur le côté noise et sale de leur musique.
photo de Pidji
le 01/05/2007

1 COMMENTAIRE

Biflam

Biflam le 01/05/2007 à 19:05:01

Ouais pas terriblement convaincu non plus par ce que j'en ai entendu..

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Dead Man's Hand - The Combination
Milkilo - Atlas
Chronique

Milkilo - Atlas

Le 14/11/2018