Despise - Some Noise In Your Silence

Chronique CD album (40:05)

chronique Despise - Some Noise In Your Silence
Despise a du vécu dans ses baskets, et lorsque comme moi on a eu le fin privilège de connaître les débuts du groupe, on se dit qu’ils n’ont pas traîné pour se muscler les poignets, les bougres…

Aller, on ne va pas y aller par quatre chemins, si vous cherchez un disque qui renouvelle le genre passez votre chemin. Néanmoins ça ne devrait pas vous empêcher de finir votre lecture, car Despise a d’autres atouts dans sa popoche, petit tour d’horizon : En Suisse, à l’inverse de nombreux groupes de noise-hardcore, metal, grind et j’en passe comme Knut, Impure Wilhelmina, Kehlvin, Kruger, Mumakil & cie qui ont eu l’opportunité de s’exporter un tant soit peu hors du pays, le metalcore y est beaucoup moins bien représenté à l’étranger, à l’exception faite de l’Allemagne peut-être… je ne suis pas un franc spécialiste du genre, mais je ne pourrais citer que Cataract en fer de lance de cette discipline qui fasse parler de lui hors des frontière helvétique. Mais son petit frère cadet le talonne de près, pour autant qu’il arrive à trouver ses marques et fasse preuve d’un peu plus de personnalité…

Despise m’avais déjà énormément surpris par sa maîtrise avec la sortie du MCD "Every Death Give Rise To A New Born" sortis 4 ans plus tôt. Depuis, pas énormément de changement, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu une certaine évolution. En effet, en plus du chant qui a gagné en virilité, les guitares se montrent sous un aspect un peu plus mélodiques, un peu plus heavy. Et c’est peut-être l’aspect avec lequel je croche le moins. Néanmoins ils savent alterner habilement ce côté heavy avec de purs riffs "tronçonneuses", en y intégrant même un peu de blast, un peu comme si l’on mélangeait dans un shaker As I Lay Dying, Darkest Hour, Turmoil, Caliban, Hatebreed, God Forbid et Born From Pain, avec pas mal de glaçons, mais sans trop d’alcool siouplaît…
Un mot pour la pochette, qui bien que quelque peu banal, est sobre et bien plus pro que celle du maxi.

Les titres s’enchaînent les uns après les autres, et même si l’on a l’impression d’avoir déjà tout entendu ailleurs, peu importe, ça fonce droit dans le mur, et sans casque. C’est radical et sans concessions, on imagine déjà le pit dans la fosse. Je ne m’arrêterai pas sur le titre "Some Noise In Your Silence", l’ingé-son, durant le mastering, à du s’assoupir et coller son nez sur le master du volume. Erreur (ou choix ?) difficilement compréhensible et regrettable.

A l’écoute de "Every Death" et de "The Ends Of The Circles" repris du précédent disque, le son, signé Jéjé de Mumakil, a gagné en puissance et en efficacité. Mais comme on peut s’y attendre dans ce genre de production, la basse n’est pas vraiment mise en valeur. Et c’est peut-être là que Despise pourrait sortir son épingle du jeu : opter pour un son plus personnel, mais peut-être au détriment du but premier du groupe : jouer du metalcore et prendre plaisir à le faire partager. Point barre.
photo de Sam
le 14/07/2008

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021