Ending Quest - The Summoning

Ending Quest - "The Summoning"
chronique Ending Quest - The Summoning

S'il est vrai qu'Ending Quest est né d'un simple délire entre potes qui voulaient s'amuser avec la mythique pédale d'effet HM-2 qui a forgé le son du Death Suédois des années 80-90, on est en droit d'être un peu septique quant à la nécessité de ce groupe... Hommage? Caricature? Contrefaçon?

Difficile à dire... le renouveau du Old School auquel on assiste depuis une paire d'années accouche parfois de tristes bouses, parfois de rutilantes merveilles... là, on patauge dans l'anodin.

 

Dès l'intro de l'album on est mis au parfum: Ending Quest va nous tartiner les feuilles avec du Old School à la sauce Krisprolls (je suis miouziiiik...). Un son plus gras que le cul d'Armande Altaï (of Madness), des tempos qui bloblottent, des voix d'outre-tombe que même Annie Girardot arrive pas à imiter et un feeling crasseux digne des années folles où Metallian paraissait en noir et blanc. Du vieux, du gras... du réchauffé.

 

Car en vérité, je vous le dis, Ending Quest officie dans l'ancien mais n'arrive jamais à la cheville des groupes qu'il imite... Les spectres des vieux Dismember, Gorement, Sorcery, Purtenance ou Carnage hantent les moindres recoins de The Summoning, tout, absolument tout évoque la scène Scandinave des années 90. La prod comme la structure des morceaux tente de nous renvoyer à l'Age d'Or du Death Metal. C'est d'abord plaisant, séduisant, on se laisse embobiner par les grosses ficelles de l'album qui parfois promène ses grosses savates sur les plates-bandes de Necrosanct et de la scène Danoise de naguère. (Pas dégueu' ces petites pépites d'Iniquity qui affleurent ici et là). Mais au fil des écoutes on est peu à peu envahi par un sentiment assez désagréable...

Ne serait-on pas en train de se foutre de ma gueule?

 

Si Ending Quest passe un petit coup de plumeau sur le genre, il ne le sublime jamais, et l'album s'enfonce petit à petit dans la monotonie voire dans la guignolade. Ce groupe s'est hissé sur des épaules de géants et plagie sans vergogne ses ainés... lorsqu'on n'a pas d'identité, on parodie celle des autres, non?

 

S'attribuer les mérites des autres, c'est un peu dérangeant, d'autant plus qu'on a franchement l'impression de s'enfiler onze fois le même titre, la même parodie.

Entre nous, je préfère aller déterrer mes précieuses vieilleries que d'esgourder des profanateurs de sépultures.

 

Chiant? Induditablement.

Nul? Absolument pas…

 

Body snatchers Death Metal...

photo de Cobra Commander
le 23/01/2015

4 COMMENTAIRES

korbendallas

korbendallas le 23/01/2015 à 10:05:22

C'est un peu le soucis de la scène old school, on y trouve du très bon comme du très mauvais ...

Cobra Commander

Cobra Commander le 23/01/2015 à 11:37:54

Oui mais là, c'est ni l'un ni l'autre... c'est juste terriblement raplapla...

korbendallas

korbendallas le 23/01/2015 à 15:22:20

oui, le peu que j'ai écouté n'est pas franchement emballant ...

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 23/01/2015 à 18:45:53

Ta chro ne met pas la morve au kiki. Un morceau pas plus...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019

HASARDandCO

Earthtone9 - IV
Chronique

Earthtone9 - IV

Le 30/10/2013

Cancer Bats - Hail Destroyer