Ereb Altor - Järtecken

Chronique CD album

chronique Ereb Altor - Järtecken

Il a fallu deux ans pour attendre le successeur du très bon Ulven. Pour savoir si mon amourette pour le groupe allait devenir une histoire sérieuse...

 

Järtecken (Augure) m'a alors présenté des atours parfaits pour me séduire au premier coup d’œil : pochette sombre, pierre runique marquée d'un dragon du style d'Urnes, le plus récent des 7 styles artistiques vikings, deux loups, un corbeau et hop emballé, c'est pesé.

 

D'entrée, faisons un petit crochet rapide par les paroles de la plaque car Mats (chant-guitare-clavier) a eu la gentillesse de répondre à mes questions.

Ainsi, les cinq premières chansons sont liées et constituent le thème principal de l’album. Les autres titres sont des histoires séparées. Le thème central du skeud est inspiré d’une histoire vraie datant du XVIIe siècle, dans laquelle un Suédois a été condamné à mort pour avoir eu un rapport sexuel et avoir fait un pacte avec une Skogsrå, une espèce de nymphe du folklore suédois. Selon l’Église, ces créatures étaient liées au diable ou parfois étaient le diable lui-même sous une autre forme. Mats a lu d'anciens ouvrages judiciaires et d'autres documents de ce procès et il a commencé à former un thème lyrique fictif basé sur cette histoire.

 

"Avgurdadyrkans Väg" (la voie de l'idolâtrie) illustre parfaitement la direction actuelle du combo : lyrisme, mélodie mais aussi racine BM décomplexée. "Queen of All Seas" (en anglais oui) se fait envoûtante dès la deuxième position. En effet, le titre invoque encore Quorton, les trompes de brume, les guitares cristallines et la rythmique guerrière. Car Ereb Altor, c'est l'alchimie conjuguée de tout ça : une espèce de potion magique suédoise qui ne fonctionnerait nulle part ailleurs.

Pourtant, Järtecken n'est pas la copie carbone de Ulven. J'ai consulté quelques collègues anglo-saxons et ce sont des cons. Z'ont rien compris. Car Järtecken est une continuité et pas une reprise.

Tu saisis ou pas la nuance, toi le veslingr (pauvre misérable) ?

 

Le chant mélodieux nous embarque à bord d'un frêle esquif, contrastant sans cesse avec la batterie et les guitares toujours très appuyées. Ces lignes d'une classe et d'une passion absolue nous descendent pourtant encore dans la noirceur la plus totale.

Ainsi, Järtecken se fait plus guerrier que son prédécesseur que seul "The Rite Of Kraka" teintait d'une véritable férocité. Là, "Alliance In Blood" (oui la plupart des titres se conjuguent en rosbif), parcourt le champ de bataille, la bave aux lèvres. "Chained" se fait aussi très Black dès son ouverture, balançant un rythme soutenu et une durée limitée, rare pour le groupe mais à propos pour l'exercice.

Mais c'est "Prepare For War" qui nous découvre vraiment les crocs. Trois minutes d'une furie Black Viking rondement menée et survolée par un batteur en état de grâce.

 

Oui les Ereb Altor capitalisent un peu sur leurs acquis en faisant ce qu'ils savent bien faire. Et alors, crotum?

C'est quoi cette mode de vouloir innover sans cesse ? Au risque de tomber dans l'obsolescence programmée...

photo de Crom-Cruach
le 27/01/2020

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Slipknot - 9.0 : live
Pelican - Nighttime stories