Format - Coryphée

Chronique CD album (19:26)

chronique Format - Coryphée

C'est par une prose enflammée, sans retenue, avec peut-être même un soupçon d'immaturité que je partageais en 2016 mon plaisir d'écouter Empyrée, le premier né de Format.
Quatre années ont passé, je suis devenu daron, j'ai vieilli, l'atmosphère ambiante n'est pas à la franche rigolade, et même métaphoriquement, j'ai appris à prendre une certaine distance avec mes congénères, y compris ceux que j'aime.

Alors cet article sera plus posé, plus mature, plus sérieux, tout en finesse et retenue.

Mais cela n'empêche pas Format d'être aussi bien qu'il y a quatre ans. Sauf que pour eux aussi, les choses ont changé.
Le dépucelage de la première sortie, d'autres écoutes d'autres groupes, d'autres inspirations, d'autres explorations personnelles, d'autres recherches :  le temps a fait son oeuvre.

Le temps peut-être un sacré bâtard. Il fait jaunir le plastique bromé de ma Super Nintendo et rider ma belle peau. Mais il permet aussi de faire fermenter la bière ou d'affiner son écriture. L'écriture musicale du groupe hein, pas celle de cette chronique rédigée un vendredi pendant la pause méridienne.

Peut-être qu'avec les quatre années qui séparent cette seconde sortie de la première le groupe a appris, en composant, à prendre le temps, se laissant moins envahir par son côté "vire-voltant" si excitant dans Empyrée.
Il n'a pas non plus complètement tourné le dos à son ADN que l'on qualifiera, par facilité, de "math-rock"...
Format en reprend les codes, les gimmicks de compo. Un style dans lequel la simplicité des patronymes se mêle à la complexité des titres, aussi bien dans leur écriture, réalisation que dans le nom.
"Zeitergeist", "Coryphée", "Denisova", "Thrace7", "Seizure" : une tracklist que l'on découvre avec un onglet Wikipedia ouvert. Des concepts pas toujours évidents à piger, d'autant plus que Format est, à l'exception de quelques "HEY !" totalement muet.
(Pour le sens de toute cette tambouille intellectuelle et artistique, il faudra lire l'interview du groupe à venir).
 

Sauf pour les esprits torturés qui veulent tout savoir et tout comprendre, l'équation musicale de Format demeure synthétiquement très simple à comprendre...et à apprécier parce que c'est du tout bon !
C'est du velours dans les oreilles. L'équilibre parfait du son permet de profiter autant de la guitare que du lourd grésillement de la basse, de l'ambiance posée par le synthé ou de la frappe variée de la batterie. L'écriture laisse aussi beaucoup de place à l'expression de chacun.
Le groupe a, par ailleurs, intégré le célèbre monologue de "Network" dont la force (déjà ressentie chez Maybeshewill) donne du corps à son titre.
La qualité d'écriture, la clarté des créations, leurs changements de rythmes, de tons (entre douceur, rugosité) et parfois, plus simplement, l'efficacité de chacun des titres rendent Coryphée passionnant.

Malgré sa concision (20 petites minutes) cet EP enchante, emballe...sur le long terme. Les amateurs de math-rock évidemment,y trouveront leur compte, mais leur style est  nourri à bien des pendants du rock en général offrant ainsi une oeuvre ayant une belle réécoutabilité.

 

photo de Tookie
le 20/01/2021

3 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 20/01/2021 à 17:02:05

Ça fait plaisir de retrouver la plume du Tookie ! :)

Freaks

Freaks le 20/01/2021 à 20:31:37

Tu voulais plutôt dire clavier non? Quand c'est précis c'est mieux sinon on comprend rien :p

cglaume

cglaume le 21/01/2021 à 09:32:43

:P

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021

HASARDandCO

Carcariass - Planet Chaos
Burzum - S/T
Chronique

Burzum - S/T

Le 25/12/2004