FRRT - Cowboys from bled

Chronique Maxi-cd / EP (28:00)

chronique FRRT - Cowboys from bled
En regardant la pochette (copiée sur une grande marque de whisky...), je me dis que la musique des FRRT ne peut être que lourde, grasse, et agréable à la fois. Bingo !

D'une, pour un 4 titres, le son est nickel. Ca commence plutôt bien donc. Et ce "Once upon the time in the bled" qui ouvre le bal est un excellent titre, alternant passages speed avec d'autres un poil plus lents, riffs mastodoniens sur double pédale acérée. Yeah ! Ensuite, à part les samples dissimulés ici et là, n'essayez pas de comprendre les paroles : il n'y en a pas. Sur leur bio, le groupe se présente comme un groupe "instrumental", car la voix est utilisée telle quelle. Finalement, pourquoi pas, au moins, ils l'assument !

Les titres sont tous aussi cons les uns que les autres ("les dents de la merde", "Cocoboy") mais bon, on s'en fout. Les Parisiens sont là pour s'éclater et pour NOUS éclater également, pari réussi avec brio. On remue suffisemment la tête pour avoir un torticolis durant les 28 mn, mais on ne s'en lasse pas. le groupe va même jusqu'à nous énerver en proposant une quatrième piste ("Strong beer prophecy") de 15 minutes, sauf que réellement la chanson en dure plus de 7, puis la basse résonne tranquillement jusqu'à une fin psychédélique. Et on repart sur "Delirium trémens" pour finir cet EP en beauté, compo pleine d'agressivité grindisante et monstrueuse.

Bref, ce "Cowboys from bled" ne manque pas d'énergie ni de brutalité, mais bon quand on s'adonne au whisky le résultat peut parfois être violent. Les FRRT nous le prouvent, mais se prendre ça dans les oreilles, finalement, c'est à consommer sans modération.
photo de Pidji
le 14/03/2006

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements