Funeral Mist - Deiform

Chronique CD album

chronique Funeral Mist - Deiform

Pas de Funeral Mist sur votre webzine préféré ?

Avec tous les esthètes de l’Art Noir présents dans la rédaction ?

Est-ce une une blague biblique genre… Nativité ?

 

Il fallait donc remettre le Grand Bouc dans l’actualité de cette fin d’année. Et la méchanceté du plus grand frontman de la scène sur le devant.

Oui, car Arioch, au mic, est immédiatement reconnaissable et absolument inattaquable, demeurant un daron, un baron.

Si Maranatha constitue encore un des albums de Black Metal les plus traumatisants de l’histoire et son successeur Hekatomb, un digne serviteur du malin, la fin de cette année 2021 verra Funeral Mist pulvériser la quincaillerie des autres groupes de la scène.

Le suédois Arioch (« lion féroce » chez les Hébreux, « ange déchu » chez John Milton et boss d’Elric chez Moorcock) sera notre Saint Nicolas. Ou plutôt notre Krampus, car nous allons subir une authentique punition.

 

En effet, Daniel Rostén, de son vrai nom, renvoie Marduk jouer avec ses panzers en allumettes, en un morceau. Ok, l’intro chant-de-moinillons du premier titre, original comme un cureton pédophile, fera sourire le Trve beumeux blasé. Celui qui avait presque 10 ans quand ce crétin de Varg buta ce débile d’Euronymous. Pourtant, malgré le manque de surprise de l‘équation, la gimmick se fait tout simplement envoûtante. Batterie antique, sépulcrale, basse rondelette, attaque vocale du Dominus : tout est dit et bien dit.

J’ai eu beau relancer ce titre, inlassablement, le Grand Bouc me murmurait toujours à l’oreille, puant des chicots, le salop.

 

"Apokalyptikon" embraie ensuite avec une furie mardukienne absolue. Car Deiform sonne, par certains aspects, comme du conventionnel... mais avec un niveau de véhémence tout bonnement terrifiant. Quand le monde est en flamme, il n'y a pas de place pour le raffinement. Alors, le chant d’Arioch se fera plus trad que sur Hekatomb, relativement moins aventureux.

Pourtant, Deiform sortira encore de la norme. Par la patte toujours particulière du combo mais aussi par la production de son bouzin. Le son est sec, dur et sauvage. Il rend la frappe de Lars Broddesson, batteur de studio depuis 2008, vitrifiante.

 

Alors, "In Here" agresse, pulvérise les os et ronge les nerfs. Comme si Arioch avait encore des trucs à prouver. Le titre franchit les 8 minutes, à l’aise, mais mitraille en mode Columbine, en finissant, alors que nous sommes exsangues, bercé par cette voix de fou furieux et un tambour ancestral.

Marduk avait déjà sorti les chœurs de chiards sur "Werwolf" de leur album punk Viktoria. Alors "Children Of The Urn" (juste ce titre de morceau...) entonne une mélopée enfantine et glorieusement sinistre pour nous entraîner dans ses circonvolutions vicieuses. Surprenant de violence chaotique dans son deuxième quart et de mélodie dans son dernier, ce titre nous rampe dans le fond du cerveau reptilien. "Children Of The Urn" constitue une plage qui devrait vous hanter longtemps.

La suite se fera tout aussi hostile et traumatisante.

"Hooks of Hunger" paraît alors fabuleusement féroce. On pourrait faire un gros paragraphe sur la construction de ce morceau et sur ses riffs de dément. "Deiform", le morceau titre, se fait un peu trop long mais captive autant que ce qui a précédé, par sa lourdeur écrasante et sa mélancolie surprenante.

Alors qu’"Into Ashes" conclue le voyage, de façon magistrale, comme une hallucination de violence ultime, dans l’esprit d’un plus beau fleuron de la scène Black Metal actuel.

 

Comment dire encore que j’aime cet album ?

Comment le présenter aux membres de ma famille ?

Leur dire que je veux vivre avec lui...

Et que je veux porter ses enfants !!!!!

photo de Crom-Cruach
le 14/01/2022

3 COMMENTAIRES

Seisachtheion

Seisachtheion le 14/01/2022 à 10:45:20

Il faut vraiment parvenir à percer, briser le mur sonore dressé par les lignes de batterie, à aller au-delà pour cerner la force et l'intensité de cette plaque, qui aurait pu/dû intégrer mon top2021.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 14/01/2022 à 11:11:44

Il n'est jamais trop tard ! Perso, il figure en deuxième position.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 20/07/2022 à 20:48:34

FABULEUX (désolé)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Soirée FRANKENHOOKER (DEAFHEAVEN + CELESTE + WHISPERING SONS + SLOW CRUSH) le 30 septembre à l'Elysée-Montmartre
  • Seisach' Metal Night #3

HASARDandCO

Municipal Waste - The Art of Partying
Lies - Lies
Chronique

Lies - Lies

Le 28/03/2011