Funeralium - Deceived Idealism

Chronique CD album (01:28:19)

chronique Funeralium - Deceived Idealism

Cet album là, j'en ai eu longtemps peur avant de l'écouter. Je ne sais pas si vous aviez remarqué, mais avouer une peur lorsqu'on écoute une musique extrême est tout aussi extrêmement tabou. Mais c'est pourtant bien de là que nous vient cette fascination, que l'on rechigne à avouer en public, préférant vanter les qualités techniques, et ignorer la véritable sensation que notre subconscient recherche : la peur.

 

Il est des noms qui me restent dans le ventre, je pense à Abruptum ou à Gnaw their tongues. Ce genre de musique qui rôdent autour de vous mais que vous tentez d'éviter, bien que vos envies malsaines vous avait poussé vers eux. C'est donc de ce genre de plaisir malsain que vous égrenez ces longues minutes de torture, plongé dans d'épouvantables cris de douleurs, que vous savourez cette séance masochiste. En secret. En silence. En rédemption. Je sais de quoi je parle : un titre comme "Don't Hope for Any Better Things Now", alors qu'on en est déjà à une heure de suplice, s'adresse directement du bourreau à son auditeur comme une volonté malicieuse de lui cracher au visage alors qu'il quémande pitié.

 

Funeralium, à ce titre, m'avait séduit de par quelques idées qui raccrochaient cette indicible horreur à du metal, du bon metal qui cogne. Finallement, cela m'a aidé à replonger dans cette fascination refoulée, inexplicable. Les longues minutes d'introduction vous font déjà peser les Pointgodwinesques 88 minutes qui forment le marbre de la pierre tombale qu'est ce "Deceived idealism".

 

La misère et la désolation traîneront derrière les quelques embardées poussives parsemant les 6 plages de ce disque. L'affaire n'est pas véritablement monolithique, car elle accumule autour d'elle tout ce qu'il y a de noir dans la musique, par évidence : le Doom d'une lenteur et d'une répétition funéraire, le Black Metal et son arrogante malévolence, et le Death. Tapie dans l'ombre d'un "Don't hope for any better things now", se révèle la majestueuse ombre de l'ennemi de dieu, que Black sabbath savait déjà si bien mettre en exergue.

 

On ne sort pas indemne de cette écoute, et je sais très bien que l'on en attendra autant de n'importe quel groupe de Funeral. Il n'empêche que Funeralium a fait là un bon boulot de tortionnaire, point barre.

 

 

Achat ou pas achat ? Pas achat

photo de Carcinos
le 20/03/2013

1 COMMENTAIRE

cglaume

cglaume le 20/03/2013 à 13:03:49

Achat ou pas achat ? :)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements