Geneva - Sail on suds

Geneva - "Sail on suds"
chronique Geneva - Sail on suds
Souvenez-vous ! Geneva sortait il y a 3 ans un ep de 7 titres. Le post-hardcore français se construisait sur les bases de Cult of Luna ou Isis, et le trio sortait son épingle du jeu en 36 minutes troublantes...
Je me souviens surtout de ce 7e titre, plus frustrant que jamais, qui se coupait en pleine montée (sur le morceau (6x6x10) + I(3))...
Enfin, nous ne sommes pas dans une chronique du passé mais bien celle de Sail on suds qui marque le recul pris par le groupe originaire de Valence. S'il y a une touche post-hardcore encore sensible on ne peut plus ignorer la touche noise déjà audible et quelques ingrédients propres au post-rock.

"And dust my sugar from the fold" détient dans ses 10 minutes la clé de cet album en proposant un mix de tout ce qui va être entendu.
C'est évidemment sans compter sur la personnalité de certains titres comme "All in all" qui offre une introduction..."angoissante" servie par un jeu de batterie puissant, une guitare sombre et une basse grésillante.
Puis il y a ce chant : écorché, abimé, un peu monocorde sur la longueur qui se voit appuyé par Pierre Viguier de Tantrum sur "Opposite attract 1". Chanson courte et particulièrement agressive grâce à un riff tranchant et une utilisation simple mais intelligente de toms mis à rude épreuve pendant 62 minutes.

Le talent de Geneva est d'enchainer parfaitement. On a notamment le passage entre les deux parties d'"Opposite attract" avec la seconde partie à l'introduction particulièrement posée et ambiante. Puis difficile de ne pas être marqué par "On my own" touchant par ses envolées post-rock et un chant clair bien éloigné de ce que le groupe propose habituellement : des accents mélancoliques, une guitare légère, une basse plus bondissante, une batterie au jeu plus rock.

Alors quand tout s'arrête sur "Hope" après un périple de 12 minutes, on dresse un bilan qui techniquement n'est pas aussi puissant que l'émotion provoquée par la musique. Pas de fioritures, ni de formules alambiquées pour transporter ou égratigner un peu plus ses auditeurs. On a pu profiter d'une production parfaite, de titres complets qui ont toutes les qualités d'un travail abouti.

Si le style du groupe est définissable par une sorte de post-hardcore-rock-noise pour les accros de l'étiquette, leur musique réussit à passer l'étape du LP.
Malgré tout il est difficile d'affirmer que l'ensemble n'est pas un peu lassant sur la longueur. Un titre de moins, une amputation de 10 minutes auraient permis au groupe de marquer plus les esprits avec une œuvre plus concise.
Mais si les auteurs ont choisi la durée d'un tour d'horloge, c'est sans doute pour nous offrir un voyage plus long et plus loin dans cette étrange bête qu'est Geneva.
photo de Tookie
le 14/12/2009

1 COMMENTAIRE

Pidji

Pidji le 15/12/2009 à 11:07:11

J'ai plutôt bien aimé ce disque ! Dommage qu'il soit un peu trop long.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements