Ghost Orchid - S/T

Chronique Maxi-cd / EP (34 minutes)

chronique Ghost Orchid - S/T
Si l'émo est un style très développé outre-Atlantique, voire même trop développé, il est clair que du côté Européen, peu de groupes réussissent à faire parler d'eux dans ce domaine. Ce constat est certainement du à la mauvaise "réputation" de ce genre qui s'est vu porteur de pas mal de groupes insipides et d'albums peu recommandables. Pourtant, malgré cette pression, quelques groupes tentent encore aujourd'hui le pari d'innover dans ce genre et d'offrir des albums estampillés "émo", parfois à leur insu tout de même.

Ghost Orchid fait parti de ces groupes, français de surcroit, à vouloir persévérer dans cette voie et qui sort cette année son premier EP éponyme sept titres, autoproduit. Et à l'écoute du cd on se dit que le combo a bien fait de tenir bon, car après quelques écoutes cet album se révèle être bien intéressant.

Si la grosse majorité des groupes émo aiment souvent s'imiter les uns les autres et ne voient aucun intérêt à innover, quelques rares formations osent le changement. Les Parisiens de Ghost Orchid font partis de cette dernière catégorie, heureusement. Si l'album n'est pas non plus une révolution primordiale pour le genre, l'envie du groupe a varié les compositions, et à y intégrer d'autres éléments venant de styles différents mérite amplement l'écoute.
La base de leur musique est un rock fiévreux et nerveux, avec une grosse dose de mélodies bien senties. Cette base simple, le groupe l'agrémente de passages emo/screamo au chant très convaincant (en français SVP), et bien souvent de mélodies flirtant de très près avec le post-hardcore. Les structures basiques de l'émo sont donc remballées pour faire place à des breaks syncopés, des cassures rythmiques, des passages plus lourds où le chant hurlé se pose, et d'autres nettement plus aériens, comme sur "Introspection", titre d'ouverture à l'efficacité époustouflante. On pourrait alors facilement rapprocher Ghost Orchid de Feverish, actuel ténor du style chez nous, mais avec une voix plus accessible et un feeling post-hardcore accentué.
Côté prod', le groupe s'en sort bien pour de l'autoprod'. Les guitares sonnent parfois un peu trop saturées et la voix lors des passages clairs est peut être un peu brin en avant, mais c'est pour chipoter là.

Ghost Orchid parvient avec son premier EP à offrir une musique sortant du lot de ce flot de groupes emo et s'éloigne presque définitivement de ce genre, tout en conservant un feeling émotionnel à fleur de peau (notamment dans les paroles et le chant). Le combo s'en sort donc avec succès, même si des perfectionnements seront nécessaires pour la suite. Un album à conseillé sans hésiter et dont on espère une suite.
photo de DreamBrother
le 21/07/2007

1 COMMENTAIRE

(((viking jazz)))

(((viking jazz))) le 23/07/2007 à 00:12:25

la pochette est très classe

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements