Grill - Grill

Chronique mp3 (20:52)

chronique Grill - Grill

Plutôt que d’étriller aussi sévèrement qu'inutilement de jeunes formations en quête d'identité, en général le chroniqueur bienveillant préfère éviter les « Teen démos » mal fagotées. Sauf qu'en l'occurrence, dans le cas particulier qui nous intéresse tout-de-suite-maintenant, on m’avait mis bien en évidence sous le nez les velléités œcuméniques de Grill qui, outre le fait d’annoncer être un groupe de Technical Death Metal, 1) s’avère être australien (nationalité qui n’en finit pas de rimer avec iconoclasme et qualité) 2) prétend brasser large, du Thrash au Death en passant par le Heavy, le Prog, le Jazz et le Funk.

 

… En même temps on aurait dû tilter: ça fait peut-être un peu beaucoup pour une démo 4 titres, non? D'autant que celle-ci est pondue par des musiciens dont les photos semblent attester qu’ils en sont plus au stade « skateboard » qu’à celui du « Monospace familial » (... ou alors c’est qu’ils sont assis à l’arrière!). Et pour le coup, j’aurais sans doute mieux fait de m’en tenir au bon vieil adage qui dit « Démo Biactol, au mieux demie-molle »! Arf… Bon, vu qu'il est trop tard à présent, par quoi on commence? Les bonnes ou les mauvaises nouvelles?

 

Allez: optons pour les mauvaises, comme ça on finira sur une touche d’espoir...

 

Je ne vous étonnerai sans doute pas en vous apprenant que le son de ces 4 titres est assez miteux, genre du-coton-dans-les-oreilles-et-la-tête-dans-le-bocal, et que le mix est lui aussi assez pauvre, la batterie étant un peu trop mise en avant au regard de la prestation pas toujours brillante qu’elle nous inflige. L'incontournable touche "Playskool présente: ma première démo" quoi... Pour continuer le chapitre « peut faire mieux », on signalera que les occasionnelles nappes de synthé ambiant font un peu pauvrettes et franchement cliché, même si cela a l’avantage de faire éclore – sur « Deformed » notamment – d’agréables bouffées nostalgiques quand, soudainement, surgissent de lointains échos du In The Maze of Kadath de Catacomb (effet non garanti, testé sur un échantillon représentatif de moi-même). Côté chant, c'est potable sans pour autant briller, la norme étant une sorte d’aboiement au vitriol parfois égayé d’un brin de pig squeal, d'accents plus shrieky, voire même de chœurs US Thrash et d'imitations assez réussies de Chuck Schuldiner (sur « Deformed »). Enfin, pour en finir avec le paragraphe Pan-dans-les-dents, 2 dernières pichenettes derrière les oreilles. En constatant tout d’abord avec bienveillance que le groupe enchaîne les bons petits plans typiques en amateurs éclairés qu’ils sont... Sauf que quand cela est fait dans la fièvre et le manque de discernement, il ne faut pas s'étonner que ça aboutisse à une accumulation brouillonne du type de celle que l'on peut entendre sur « Anal Leprosy » (!). Enfin « bon sang mais c’est pas dieu possible »: quelle idée complètement à la noix de finir cette première sortie sur « Mutilated Witches Kunt », morceau lourd, poussif, peu cohérent – et au final chiant – à mille lieues des quelques petites prouesses entendues auparavant?

 

... Parce que, par ailleurs, les guitares de Jarrah et Andres ont parfois de bien belles histoires à nous raconter. Tout comme la basse qui n’hésite pas à suivre ses grandes sœurs sur des terrains parfois sacrément accidentés! Et si l’on occulte la piètre qualité sonore de l’enregistrement, on pourra prendre du plaisir à l’écoute de « Alien Abortion » (malgré un sketch introductif un peu longuet) ou du cocktail « Deformed », certes fait de bric et de broc, mais relativement plaisant dans l’ensemble.

 

Pas de surprise renversante: cette 1e démo laisse transpirer de grosses insuffisances, ainsi qu'un manque de maturité certain. Par contre, entre l’amour fougueux que ces jeunes australiens expriment à l’égard de leur musique préférée, et le très bon niveau des gratteux / bassiste, on peut espérer que pour son premier véritable album Grill réussisse à nous proposer un véritable opus de Barbecue Metal 4 étoiles!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: être jeune, aimer d’amour fou le Metal underground, et se débrouiller vraiment bien à la guitare, c’est un bon début... Mais cela ne suffit pas à faire des étincelles. La preuve avec cette démo 4 titres qui mélange Technodeath atmosphérique, Death brutal, Thrash et compagnie sous le signe du manque de maturité et du son moisibus…

photo de Cglaume
le 24/03/2016

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements