Grymt - My dark one

Chronique CD album (26:27)

chronique Grymt - My dark one

Etienne SARTHOU, ça vous dit quelque chose ? Non ? Bon alors AQME, forcément, vous connaissez ? Mr SARTHOU en est le batteur. Et GRYMT est tout simplement son side-project. Alors si en plus je vous dit qu'il a convaincu Danek (chanteur de HOUSTON SWING ENGINE, EX-UNFOLD), Julien et Aurélien (guitariste et bassiste dans LAZY) de l'accompagner, ça doit commencer à vous intéresser. En tout cas, moi oui. Car depuis l'écoute du titre bien grind "burning whore" sur leur myspace, j'attendais de voir ce que ça donne avec un album complet.

 

Car du grindcore, il y en a dans ce "My dark one". Mais pas seulement, et c'est encore mieux. Le groupe arrive à mélanger du grind avec du metal plutôt bien foutu, des parties lentes et lourdes, qui sont reprises bien évidemment par d'autres beaucoup (extrêmement) plus rapides, accompagnées de hurlements propres au grind (non j'ai pas dit voix de cochon !), on sent que Danek est en forme. Le groupe ne fait pas l'erreur de nous balancer un album de 45 minutes (ce que l'on pourrait reprocher à MUMAKIL par exemple) : ici seules 27 minutes suffisent à nous convaincre. Enregistré en 4 jours au désormais célèbre studio Ste MARTHE à Paris par le non mois célèbre Francis CASTE, le son est évidemment nickel et enivrant (excitant ?), gras, lourd, intense.

 

Qu'il est surprenant d'entendre un album pareil composé exclusivement par le batteur d'AQME, car nous sommes tellement loin de ce groupe ici. C'est simple, la rythmique est affolante ("Defeacate and fuck", "Burning whore", etc etc...), ose se calmer par moments (et du coup la puissance n'en est que plus forte : l'intro "Equilibrium", "Phallic salvation") ; les guitares ne sont pas en reste et nous balancent des riffs plus ou moins déjà entendus mais bien foutus ("We, the evil gods", "My dark one", ...), voire même des solos ("Phallic salvation"). Bref, GRYMT, ça dépote et ça défoule.

 

Ce disque est évidemment à écouter le volume à fond, sinon ça ne sert à rien. Le label At(h)ome démontre encore une fois sa volonté de proposer des albums aussi divers que variés avec ce disque. Disque qui d'ailleurs démontre parfaitement la facilité que peuvent avoir ces musiciens à changer radicalement de style et à le faire vraiment bien. la bio annonce un disque "brutal, intense et extrême" : pour une fois, ils ne se sont pas trompés.

photo de Pidji
le 05/12/2006

1 COMMENTAIRE

sepulturastaman

sepulturastaman le 05/12/2006 à 15:43:40

L' album de Mumakil est d'une longueur idéal. Sinon si tout l' album est comme les deux morceaux audibles sur leur myspace, ça promet.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021

HASARDandCO

Blockheads - Shapes of misery
Jarod - EP 6 titres