Herrschaft - Les 12 Vertiges

Chronique CD album (53:00)

chronique Herrschaft - Les 12 Vertiges

C'est drôle de constater, après toutes ces années, la timidité dont fait preuve la plupart des groupes qui versent dans l'indus-metal en France. Musicalement s'entend, bien sûr... parce que pour ce qui est du décorum, ils n'ont en général rien à envier aux grands frères américains. Esthétiquement, ils font souvent ça en mieux... fin pour celui qui aime le genre.

 

Non mais sérieux Y Front ou Sin auraient dû être énormes... au rang de Nine Inch Nails minimum, et mouchant le petit Brian Warner avec ses propres loques. Alors, certainement que sur les strass et la cold-glauque attitude trop maquillée, tout se tient... mais musicalement, c'est toujours trop frileux. Remarquez que je ne parle pas des groupes belges ou suisses, parce que là bon... légende, tout ça quoi...
Il aura fallu attendre 2013, une éternité pour que coup sur coup, les frenchies délivrent 2 grosses vraies plaques d'indus -metal des familles. 2 grosses plaques à vocation mondialiste pour tous les aficionados du genre. Le Higwhay of Horrors de Obszön Geschöpf et donc ce 12 vertiges...

2 albums avec de nombreuses similitudes et pourtant des personnalités bien trempées.

 

Je dois bien avouer que je ne connais pas du tout Herrschaft, ils en sont à leur troisième album – avec un hiatus de quelques années entre les parutions – bref pas des gamins qui sortent de nulle part.
Les 12 vertiges est un album efficace à plus d'un titre, le parti-pris d'y aller franco avec des riffs chauffés au rouge, des vocaux déments façon Hocico et une vraie partition pour l'apport Electro qui a un rôle consistant, ça change du remplissage trop souvent entendu-pour-faire-comme-... Je dis Hocico, parce qu'immanquablement tout l'opus traîne dans les sillons des mexicains et ceux de leurs potes de Dulce Liquido. Pour les grands anciens, on se remémorera les déflagrations entendues chez Skinny Puppy et des causticités ressenties chez KMFDM.
Bon et tout cela joue avec les codes du Metal bien-bourrin-quand-même ... « Endlessly Revolving » a tout d'un monument dans le genre.

 

Les 12 Vertiges bénéficie d'une production intelligente, on sent bien que le groupe mise à fond sur cet album pour forcer les chemins... et ils ont raison d'y croire.

photo de Eric D-Toorop
le 07/03/2014

1 COMMENTAIRE

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 07/03/2014 à 14:42:24

Le plumage (nom et pochette) fait assez "Mann Gegen Mann".

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements