Hysteria - Flesh humiliation and irreligious deviance

Chronique CD album (45:00)

chronique Hysteria - Flesh humiliation and irreligious deviance

Il paraît que dans une vie on connait plusieurs passages sans entrain, sans envie, sans désir, sans plaisir, sans enthousiasme. "C'est comme ça" dit-on de manière fataliste.
Ces moments-là sont sans doute les plus tristes que l'on vive, parce qu'on ne vit pas vraiment. Je suis bien placé pour t'en causer : je vis l'un d'eux actuellement. 
 

Tu te demandes bien ce que viennent foutre les états d'âme d'un jeune trentenaire qui t'es inconnu et à moitié déprimé sur une chronique de chevelus.
Juste parce que "Flesh, humiliation and irreligious deviance" m'a choppé par le col de chemise, et foutu une série de mandales dans la tronche suffisamment puissantes pour rappeler que quand y'en a marre, y'a l'death-metal.

C'est vrai qu'en général, celui que tu récupères sur le shop de Great Dane records n'est pas décevant. Mais là, on a passé un palier question plaisir brutal.

Hysteria a 20 ans. Peut-être, c'est la première fois que je croise le nom...énième preuve de la popularité ne fait pas la qualité. C'est surtout histoire de dire que ça ne grogne pas comme des puceaux.

Si les garçons, en pleine force de l'âge en sont encore à tripoter des cordes et des baguettes, ce n'est pas pour bâcler ses compos après 3 minutes de growl posé sur du blast.
Alors oui, les mecs font du death, y'aura pas de surprise sur le genre, parce que le style est assez classique.
Mais le death c'est comme la gym. Tout le monde fait les mêmes pirouettes dans son juste-au-corps, (qui sert bien trop les glaouis de ces messieurs soit dit en passant), mais certains les font mieux.
Bah le death c'est pareil : on repère direct les mecs qui portent surement les mêmes pantacourts camouflage avec un T-shirt de leur groupe suédois favori, mais au final ça claque.

Ouais, ça tabasse par l'équilibre trouvé dans la puissance...et le petit côté mélodique. Sans virer fiotasse-music, le groupe laisse pas mal d'occasions à sa musique (et l'auditeur) de respirer. Plutôt cool donc de se retrouver avec un bon vieux clavier des familles qui précède une grosse batterie militaire.
Avec des morceaux qui feraient passer la bataille de Verdun pour une virée à Tchoupi Park, ça ratatine pas mal, et surtout ça tient sur toute la longueur.

Enfin, le groupe n'en fait pas des caisses. Loin d'être caricatural, loin également de faire du death sur-esthétique, la bande du 6-9 a bien bossé ses ambiances sans alourdir ses compos.

Evidemment, y'a des trucs qui partent un peu de traviole dans c't'affaire. Pas grand chose, mais de quoi faire 2-3 petits levés de sourcils (quelques choix de lignes de chant notamment), et parfois même tu te demanderas pourquoi tu l'aimes vraiment bien cet album. 

Je serais le groupe, je ferais un pack spécial avec ce disque : un pantacourt camouflage, un T-Shirt du groupe, une bière, et du parondontyl (vendu uniquement en pharmacie) parce que ce disque retrousse les gencives.

photo de Tookie
le 31/05/2016

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Blood Farmers - Headless eyes
Tenue - Anabasis
Chronique

Tenue - Anabasis

Le 12/05/2020