I, The Breather - Truth & Purpose

Chronique CD album (34:47 )

chronique I, The Breather - Truth & Purpose

Non le metalcore n’est pas mort ! Et I, The Breather en est même un des fiers représentants du moment. Leur signature chez Sumerian Records leur a permis d’accéder à la cour des grands et ce, dès leur premier album. Truth And Purpose est leur deuxième LP et même si ce n’est pas exactement ma came par bien des aspects, je dois reconnaitre qu’ils sont à la fois très suivis par les coreux, mais aussi qu’ils sont plutôt bons dans leur genre !

 

Le vrai problème est qu’ils jouent dans une cour un peu trop proche des terres d’August Burns Red, à la fois dans leur sens du breakdown et des saccades, mais également au niveau des mélodies très fraîches, voire un peu édulcorées (selon le point de vue…).

On retrouve le gros punch ‘’in your face’’ du style, on se laisse embarquer dans les spirales mélodiques des gratteux au jeu très fluide ; ces deux facettes clichés du metalcore s’enchaînent sans rupture, tout glisse comme avec de la vaseline… Et c’est d’ailleurs un peu le problème.

Je ne leur trouve en fait pas de véritable identité, certains morceaux ont des ébauches d’atmosphères plutôt pas mal comme « Meaning (Vicory) » dans un registre post-apocalyptique cher aux coreux, ou « Knights & Pawn » avec des airs planants assez intrigants et hypnotiques. Mais on retombe trop vite dans la facilité de la saccade et des rythmiques trop entendues. Même la voix du chanteur n’a rien de particulier, une voix de coreux semblable à beaucoup de chanteurs de cette vague.

 

Mais il faut malgré tout avouer que I, The Breather est dans le peloton de tête de la scène Metalcore actuelle, qui change de visage tous les 6 mois… La musique reste assez directe et intègre par rapport aux racines du style : pas de dubstep, pas d’envolées lyriques, pas de claviers mielleux.

Et qui dit Metalcore aujourd’hui, dit grosse prod’ ! C’est-à-dire que chaque élément a été soigneusement peaufiné, doublé et malheureusement ‘’lissé’’. On a  donc droit à un chant sur plusieurs couches, avec de belles harmoniques sur les refrains, parfois même chanté comme sur « The Beginning ». En tout cas, Truth & Purpose bénéficie globalement d’une meilleure prod’ que le précédent : le son est plus pêchu, plus précis. Les mecs se sont également un peu plus creusés les méninges au niveau des structures et des finissions (intro, petits effets ponctuels), ils sont donc sur la bonne voie ! Encore quelques efforts dans ce sens et ils arriveront peut-être au niveau d’August Burns Red, pour ce qui est du son en tout cas.

 

C’est donc un bon album que la bande de Baltimore nous balance là, il n’y a rien de vraiment surprenant ou de particulièrement original mais les mecs sont bons, les compos dégagent une certaine fraicheur, et ça reste bien sympa à écouter de temps en temps si vous aimez les délires à la Attila, Miss May I ou August Burns Red… 

photo de Domain-of-death
le 16/04/2012

1 COMMENTAIRE

Sam

Sam le 18/04/2012 à 13:33:13

ça fait 2 jours que je l'écoute, et habituellement le gros metalcore qui tache c'est pas ma came, mais là je dois dire que c'est plutôt bien fait, cohérent, ça chie, l'album est dense (j'ai l'impression qu'il dure bien plus que 35min, et je ne m'emmerde jamais). ça me renverrai presque à l'époque Turmoil (Process of) donc pas mal du tout...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021