Immemorial - Chronique d'une apocalypse

Chronique CD album

chronique Immemorial - Chronique d'une apocalypse

Rien qu’au nom de cet album, le ton est donné. Ce n’est pas une petite excursion dans les vertes prairies de mon petit poney qui nous attend à l’écoute de ce skeud mais plutôt une bonne psychose d’angoisse dans un froid polaire.

 

Glacial, glauque sombre et malsain, parfois dérangeant dans ses sonorités mécaniques et bruitistes (bruits de vent, craquements, vrombissements etc.) et entremêlé de nappes mélodiques très éparses et discrètes (au piano dans « Et Dieu créa Satan » ou la guitare dans « La Porte du Néant » par exemple) la musique ambiante d’Immemorial souligne ainsi un goût prononcé pour le morbide et le ténébreux.

D’une durée pourtant courte (35mn environ) pour un album ambiant et parfois drone (la fin de « Et Dieu créa Satan », « Le dernier appel » ) on a tout de même le temps d’apprécier l’univers claustrophobique de cet album qui sait s’aérer de morceaux pas trop plombés et pas surchargés en nappes en tout genre.

Pour une fois avec un album de ce genre, nous ne somme pas gavés au bout d’interminables plages sonores inexpressives et sans dynamisme. Ici, rien que la durée variée des titres rompt la linéarité des habituels morceaux ambiant. Ajouté a cela au niveau des arrangements des percussions et des effets de voix étranges très inquiétants ( dans « L’ange Noir » notemment) et on obtient une pièce à éthérée et très plombant dans sa noirceur et dans son atmosphère.

De plus la thématique religieuse n’est pas amenée de façon classique (entendez par là ivole et bas du front) avec des titres de morceaux pas trop clichés et cohérents.

 

Si vous aimez Elend, Spektr et autres curiosités dans le genre ambiant sombre et brumeux, je vous conseil de jeter une oreille sur cet album qui me semble très honnête. Alors je félicite Damien Luce (a ne pas confondre avec Renan…) -qui joue également dans HKY et dans Art238- pour perpétuer le one-man-band ambiant qui n’a pour seul et unique but de nous plonger bien bas dans abysses de la destruction sonore et auditive dans des univers oppressants et corrompus.

photo de Viking Jazz
le 30/03/2008

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements