Instinto - Dimonis

Chronique Vinyle 10"

chronique Instinto - Dimonis

J'ai une tendresse particulière pour les Espagnoles d'Instinto. Un peu comme celle qu'on peut ressentir envers un clébard robuste et fidèle.

En effet, leur premier album éponyme sorti en 2012 a été l'objet d'une de mes premières chroniques sur votre webzine préféré.

 

Quoi de neuf quelques années plus tard ? Pas grand chose niveau zic et c'est tant mieux car la formule des Barcelonais était déjà bien rodée.

Bon, le son s'est clarifié tout de même et étoffé aussi, surtout sur les guitares très puissantes. Les vocaux sont aussi mieux maîtrisés gommant l'aspect squat de leur premier jet en renforçant le côté « chien de guerre ». Le tout en langue de Cervantès.

 

Dimonis débute alors par une bonne décharge de D-beat, bien barbare avec son lead à la Wolfbrigade (dont je suis fan, c'est pas un secret) qui va bien.

L'influence des Suédois est, à n'en pas douter, un moteur pour le barouf des Ibères. "Prisión De Asfalto" confirme ce sentiment : mélodie métallisée et pierre de fronde en pleine tronche se conjuguent ainsi pour former des morceaux vindicatifs, aux breaks catchy ("Ciutats Manicomi", très scandicrust encore).

Un mimétisme qui pourra gêner certains mais transpirant malgré tout de l'amour d'un style. Car le combo a l'avantage, ici, d’être à la fois très abordable pour les picoreurs du genre et également très solide pour les vieux briscrades de la scène.

La vitesse comme seul exutoire (wouah "Bienvenido A Infierno"), Instinto est monté d'un cran ne posant que des titres ravageurs sur ce Dimonis.

 

D'une durée parfaite, cette plaque est à se repasser sans modération, même si vous aimez les plis sur vos liquettes.

photo de Crom-Cruach
le 06/06/2016

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Alice Cooper - Killer
Coredump - Face contre terre