Jelly Beam - Atomic Leg Drop

Chronique CD album (15:20)

chronique Jelly Beam - Atomic Leg Drop

Oh la la que de bonheur d’avoir des nouvelles musicales de monsieur Gru ! Une information très « France 3 régional », mais pour ceux qui sont du 44, avant de passer par la case basse-guitare chez les Ultra Vomit, il faisait partie des cultes 29/09 à l’unique abum chaotico-suicido-depressif, et puis surtout plein de photos/vidéos sur plusieurs média (aux côtés de monsieur Niko/xWoldx) pour que vivent le métal et le hardcore partout dans le monde (et surtout en France) ! Enfin bref, le voilà de retour, avec des zicos qui viennent des groupes Madcazz, MaMaGreYo, Furious Avengers et Dancefloor Disaster, pour un nouveau projet, très d’actualité, à savoir Jelly Beam.

 

Rock ‘n Roll, baby, ici c’est sea (on est pas loin de la mer à Nantes et ils y injectent une odeur de Californie), sex (bien que pas certain, en fait, avec leurs têtes sur les photos promo qu’ils ont choisi de diffuser !), et surtout du fun en version XXL. Sur ce premier 4 titres, grandes sont les mélodies « attrape tout ce qui bouge », grandes sont les composition aux structures parfaites qui évitent les formules simplistes, grand-iose-s sont les solo terriblement efficaces et bien calés. Et puis le chant, en anglais, ne paraît pas être tenu par un français. Dieux savent que c’est très important ! J’avouerais juste que je ne comprends pas grand chose à ce qu’ils racontent, si ce n’est le « 2 cool 4 school » pêchu comme pas 2, mais ça sonne diaboliquement bien.

Si ils le revendiquent ce fun, en version années 80 à base de Hulk Hogan et de Last Action Hero (grande preuve de bons gôuts comme c’est le meilleur film du monde), et si je suis d’accord dans l’attitude/la posture, musicalement je le trouve davantage parfumé aux années 2010 qui recyclent le son des 90’s. Ce petit côté heavy, un peu sale, power-rock si vous voyez ce que je veux dire. Je serais grossier je parlerais d’un mix de Motörhead et de Bon Jovi, mais comme je ne veux pas faire fuir leurs futurs fans qui ne savent pas encore qu’ils seront leurs fans, je pourrais peut être plus parler – preuve à l’appuie avec le titre "Dardevil" – du Mötley Crüe de 1994 avec John Corabi (album injustement non-écouté). Hum… en fait je crois qu’ils ne fallait pas citer ces noms que certains considèrent comme « sales », j’ai dû en faire fuir. Et si je mentionne le terrible EP Back Off des Flying Donuts ? Pas certain que ça parle à grand monde, et puis il y’en a bien un ou deux qui se rendront compte que j’insiste un peu trop sur les Möltey, car sur ce EP les Donuts en font une reprise. Mais bon cet album résume bien pour moi le mélange année 80 et 90 dont je vous parlais plus haut.

 

Pour résumer, Jelly Beam, nos Ugly Kid Joe du 44 ( ça y est, je l'ai dit ! / Oups, I did It Again !), c’est du power-rock comme les groupes de power-rock que tu adores. Quand c'est mouillé, ça glisse,mais on en veut encore. Et c’est très bien comme ça !

photo de R.Savary
le 28/06/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Brand new sin - Tequila
Nucleus - Sentient