Juggernaüt / Mantys / Coven - the end begins - splitCD

Chronique CD album (27:06)

chronique Juggernaüt / Mantys / Coven - the end begins - splitCD
Volià un split qu’il est bien à écouter ! J’ai toujours pensé que le split cd était un bon moyen pour nous de découvrir plusieurs groupes d’un coup, et un bon moyen pour le groupe de caler des titres en évitant les écueils d’un format plus long. Par contre, l’éternel problème des split, c’est qu’il y a souvent des inégalités entre les groupes, notamment au niveau de la qualité…

Et bien ce triple split est l’illustration parfaite des principes énoncés ci dessus. Prenons les choses dans l’ordre. Juggernaüt, de Bordeaux, ouvre le bal. Et là ça rigole pas mais alors pas du tout car il est question de metalcore surbourrin ma foi bien technique ; et à tous ceux pour qui les qualificatifs que je viens d’utiliser sont à coup sûr synonymes d’ennui profond (j’en fais partie, hé ! hé !), il est amplement temps de se pencher un peu sur ce groupe histoire d’en filer un coup aux préjugés. Parce que JUGGERNAÜT, ça avoine sévère, ok ; ça balance cinq plans toutes les dix secondes, ok ; ça truffe ses compos d’énaurmes mosh parts, ok ; ça blaste dès que ça a plus rien d’autre à foutre, ok ; ça pond des riffs pas gentils du tout, ok. Mais ça le fait foutrement bien ! Rien d’original, donc, si ce n’est cette propension à enchaîner des riffs et des breaks par paquet de douze sans devenir chiant un moindre seconde. On peut aussi noter quelques mid tempos monstrueux qui viennent poser des ambiances bien cool là où on ne les attendait pas forcément. Bon son au passage.

En ce qui concerne les rennais de MANTYS, on joue dans un registre très voisin, quoique bien plus metal. Ça tire en effet pas mal sur le bon vieux death metal des familles (MORBID ANGEL en tête mais c’est subjectif) boosté à la sauce hxc moderne. Ça veut dire qu’au milieu des blasts et des gros palm mutes, on a des accélérations limite punk et des phrasés patates… Pour le reste on peut dire ce qui est : Mantys, c’est du gros trash qui a pas oublié d’être violent. Alors, certes c’est pas toujours aussi ébouriffant que ça pourrait l’être et on surprend même quelques maladresses par ci par là. Sinon, rien à dire ; il sont pas partis pour révolutionner la musique contemporaine mais c’est clairement pas ce qu’on leur demande.

Le split s’achève avec COVEN qui reprennent à peu de chose près la recette du groupe précédent : on prend du trash à l’ancienne et on l’accouple avec du gros metalcore moderne. Et malgré des compos plus rentre dedans et les paroles en français , il faut bien reconnaître que Coven se distingue dans le mauvais sens du terme des deux autres groupes. Déjà les compos, bien que plus efficaces, sont trente fois plus molles (chose qu’un mixage plus qu'approximatif n’arrange pas) ; les bonnes idées ne fusent pas, on peut même dire que certains plans sentent salement le micro-ondé. C’est clair, Coven partage un split avec deux groupes qui lui sont bien supérieur et il le paie au prix fort.

NOTES : 7/10 pour JUGGERNAÜT, 6,5/10 pour MANTYS et 3/10 pour COVEN. Ce qui donne une moyenne de 5,5/10
photo de Swarm
le 31/05/2007

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021