Lukestar - Lake toba

Chronique CD album (35 minutes)

chronique Lukestar - Lake toba
A en juger la géographie de certains groupes, le climat froid semble être un facteur d'inspiration non négligeable. La Scandinavie est un bel exemple pour sa scène métallique, mais on oublie parfois la Norvège qui nous offre ici un groupe explorant des contrées musicales lointaines du métal. Lukestar, nouveau venu dans le label clermontois Rock's my ass Records, propose un mélange de powerpop et d'influences "émo" avec cet album nommé Lake Toba

Dans un genre souvent empreint à un certain manque d'imagination, Lukestar se démarque par des procédés simples mais originaux. La voix souvent androgyne voire féminine à de nombreuses reprises dans ce quintet entièrement masculin, offre des envolées énergiques et planantes. Les lignes de chant offrent des refrains qui entrent et s'installent sournoisement dans la tête.
Les mélodies sont simples mais les deux (voire trois si on compte le travail sur "House of Orion") timbres de voix qui s'échangent et parfois chantent simultanément démarquent vraiment Lukestar des autres et leur donnent ainsi une véritable identité.

La présence ponctuelle d'un clavier (au milieu des breaks en général) ajoute un cachet derrière une batterie que la production a intelligemment avancée. Contrairement à ce que le genre pourrait nous faire croire, une certaine puissance se dégage derrière les fûts, y compris dans un passage aux aspects "brutal-post-rock" ("The clouds tell"). Le jeu ne fait certes aucune prouesse mais le batteur enjoue les morceaux et cale l'ambiance.

Les guitares proposent des mélodies intéressantes, dégageant des ambiances planantes (interlude : "Intermission ti io"), un rock alambiqué ("Clockworks of tomorrow") ou (powerpop) rock tout simplement durant la grande partie de cet album. On notera l'absence auditive quasi générale de la basse hormis sur "Peregrin", "The shape you hide" et ponctuellement "Cold numbers" (morceau le plus complet de l'album).
La courte durée permet de mieux apprécier l'originalité de Lukestar. Ce qui en fait sa force pourrait cependant les desservir.
L'accroche n'est pas toujours directe avec un tel chant (surtout si vous découvrez le groupe dans l'intro de "The shape you hide"). Pourtant une véritable âme se dégage de Lake Toba.
Ce second opus du groupe est dans tout les cas une belle réussite car reconnaissable entre 1000. Gageons que cet aspect souvent rare dans les musiques actuelles gonflera leur horde de fans durant leur tournée française à venir très prochainement.
photo de Tookie
le 18/09/2008

1 COMMENTAIRE

cestmoi

cestmoi le 26/09/2008 à 16:57:01

J'ai découvert un étonnant mélange ..je souhaite à d'autres d'avoir ce plaisir

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021