Mira Calls - Alpha Dream

Chronique CD album (20:03)

chronique Mira Calls - Alpha Dream

Mira Calls est un super groupe inde qui compte dans ses rangs des anciens de Rise People rise !, Miles Oliver ou encore Peckinpah. Une myriade de formations parisiennes qui ont toute en commun ce goût pour le rock dont les manifestations esthétiques se veulent aux antipodes. Une diversité qui en générale plaît bien sur ces pages. A voir maintenant si Alpha Dream arrivera à plaire à certains.es d’entre nous. A première vue, le groupe se revendique d’influences tels que Sonic Youth, Dinosaur Jr ou encore Doppler. Un héritage qui on l’espère s’est traduit en transmission effective et pourvu que nous ne soyons pas simplement sur de l’influence de façade. La barre est haute mais les références sont bonnes à en devenir curieux donc allons-y…

 

Une pochette qui déjà annonce un Ep aussi haut en couleur que le désordre du pilulier qui y figure. La pilule passera ? Passera pas ? En tout cas, la cover a se mérite de chatouiller la rétine et de susciter, par l’ivresse artificielle qu’elle propose, une envie de se projeter dans cet EP.

 

« City Not Zen » ouvre l’Ep. Un titre qui commence sur des accords noise brumeux et embarqués par une batterie mid-tempo. L’ambiance est mise en boucle et peut laisser le chant se déployer. Une tessiture vocale et une diction qui rappellent un peu les spoken words solennels du chanteur de The Ex. Un petit pont ensuite nous extrait avec délicatesse de ces espaces troubles et insidieux. Une petite pilule tranquillisante pour reposer un esprit encore un peu tourmenter par les quelques distorsions passées. De courte durée la pause car ce pont éthéré de « City Not Zen » doit laisser place à une effractions d’accords Heavy-Rock. Un morceau inaugural subtil et tortueux augurant de très bonnes choses pour la suite. S’ensuit « Too late », un titre qui restera sur les mêmes canons et la même structure. « Salva Seal » lui démarre solidement sur un riff de basse qui suinte le graillon. Le groove de ce riff tranche un peu avec le reste de l’Ep et donne de la rondeur à un Ep qui de manière générale est plus tranchant que rebondissant. La guitare rentre ensuite dans la discussion et étoffe de sa mélodie noisy un titre efficace, tendu et bien plus univoque que les autres. La batterie est turbulente et peut enfin faire valoir son entrain rythmique. Alpha Dream se conclut sur le titre éponyme. Un début qui m’inspire les moments les plus nerveux de Bien à Toi. Morceau le plus long de l’Ep qui conjugue toutes les qualités du combo parisien. Sauvagerie Post-Punk et bruitiste sous speed contrebalancés de ponts mélodieux, reposants et enlevés. A certains moments il m’arrive même d’y entendre des ressemblances avec Another Five Minutes et son excellent Fil Rouge.

 

On traverse avec Alpha Dream toute une série d’humeurs grisantes et paradoxales. Un délire pharmacologique jaquetté qui ne manquera pas de nous emporter mentalement. Mira Calls nous comble de sa noise assumée ; de la noise enrichie de petites réjouissances émanant de la scène Indie et Post-Punk. Une première sortie réussie et maitrisée pour le power trio parisien.

photo de Freaks
le 05/10/2021

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021
  • Seisach Metal Night 2