Myra Lee - 2

Myra Lee - "2"
chronique Myra Lee - 2
Sobrement intitulé "2", le nouvel album de Myra Lee fait suite à un premier opus sorti il y'a trois ans, fort agréable, bien que manquant parfois d'originalité. Pourtant, ce dernier m'avait fait bonne impression, notamment grâce à son énergie et son authenticité. J'attendais donc ce nouvel opus avec une certaine fébrilité.

Encore plus brut, encore plus live, voilà comment résumer le mieux ce nouvel album des Poitevins. Tissant toujours et encore leur musique sur une trame Emo/hardcore, le groupe se la joue à présent nettement plus bruitiste et virulent qu'avant. Les guitares sont acérées comme jamais, la batterie omniprésente donne le rythme sans jamais se calmer, le tout baignant dans une production très live, parfois assez crade, mais sonnant authentique. Cette dernière risque de déplaire à un grand nombre de personne, pourtant, force est de constater qu'elle colle parfaitement au style.

Sans fioritures donc, la musique du trio est là pour être efficace, aller droit au but. Les mélodies s'effacent pour laisser la place à un chanteur avec plus que jamais la rage au ventre, et des guitares cristallines distillant par moment des mélodies discrètes mais prenantes ("Crocodile Rasta", "Pauvre Ignorant"). Pourtant, c'est plus souvent le côté sombre du hardcore qui prendra le dessus sur cet album, hardcore frôlant parfois avec le D-beat ("Matchu Pitchu", "La Bête Sous L'eau"), ou avec le screamo obscur des Canadiens d'Union Of Uranus ("Vivre et Penser Comme des Porcs").
Mais sans être d'une originalité folle, le combo réussit tout de même à pondre des compositions prenantes, jamais prévisibles et surtout pleines d'émotions, de sincérité. Parfois décousues, ou déstructurées, les morceaux sont toujours emplis de cette rage viscérale qui finit toujours par éclater, ou d'une mélancolie sous jacente explosant à la fin de certains morceaux ("Pauvre Ignorant" par exemple).

L'évolution avec le précédent opus est évidente, et inattendue, mais c'est une bonne surprise à la quelle nous avons droit. Car cette œuvre de Myra Lee se révèle être un petit bijou, un diamant brut plutôt, de screamo. Un album difficile, tant pour l'auditeur que pour ses auteurs qui ont dû y mettre un paquet d'énergie. A la fois sincère et prenant, violent et mélancolique, l'album mérite l'écoute.
photo de DreamBrother
le 10/09/2007

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019