Necrogod - In Extremis

Chronique CD album

chronique Necrogod - In Extremis

A peine un Rogga de sorti (avec Eye Of Purgatory dont il faut que je m’occupe) que le Suédois au death compulsif nous pond le premier skeud de Necrogod avec son pote du Costa Rica, The Master Butcher (Morbid Stench, Insepulto).

 

Le dynamique duo fait heureusement bien plus lourds et bien moins gayzou que Batman et Robin, je vous rassure. Ici pas de pyjama moulant et de cas de conscience, ce sera du gras, du gras et du gras cuit dans son jus.

Au menu de Necrogod, on trouve, ainsi, du death bas du front avec une batterie programmée qui fera hurler certains. Et on s’en fout.

Ayant un pied dans le Swedeath et l’autre dans la scène ricaine, les deux loustics se font forcément plaisir en composant des compos ultra simplistes mais baignées d’un fumet forcément oldskull. Et malgré l’épaisseur proverbiale de la galette, on ne s’ennuie pas trop.

L’agression permanente est en effet judicieusement conjuguée en différents tempos avec un amour immodéré tout de même pour le binaire blastouillant dans tous les sens. Quelques discrètes mélodies bien glauques s’échappent de la casserole pour le bien de nos petites oreilles gourmandes et savatées par des grosses rasades de méchanceté.

The Master Butcher maîtrise bien, avec application, toute la gamme glaireuse et growlante nécessaire à une bonne tambouille purulente.

 

On est calé, on est comblé, reste plus qu’à roter.

 

C’est le printemps, la nature se réveille et Rogga Johansson aussi. Des odeurs de putréfaction s’échappent du jardin. Il est temps de rajouter de la chaux pour ne pas trop attirer les voisins.

Et de monter le son de ce In Extremis, un petit plat qui tient bien au ventre.

photo de Crom-Cruach
le 09/06/2021

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021