Nifrost - Motvind

Chronique mp3

chronique Nifrost - Motvind

Le premier album des Norvégiens de Nifrost constitue une très bonne surprise dans le monde un poil sclérosé du Pagan.

Formé en 2005, la horde ne possède que deux démos à son actif et le présent full-lenght se cache derrière une pochette colorée et d'apparence innocente.

Mais c'est une grave erreur de considérer Motvind (vent contraire) comme un énième truc folk-metal pour midinette considérant les clowns d'Equilibrium comme un combo qui hache les tympans.

 

Tout d'abord, la horde évacue toutes nappes de clavier pénibles et ridicules qui collent parfois au genre comme la matière cérébrale d'un moine à la semelle de cuir d'un Viking.

Pas besoin d'artifice pour faire souffler une bonne bourrasque épique ancestrale de chez Ragnar Aux Braies Velues.

Nifrost est surtout guerrier dans sa rythmique, la plupart du temps, et principalement aussi dans son chant d'ogre berserk. Ces vocaux typés BM sont toutefois renforcés par des chœurs déclamés et mélodiques. Cet artifice contrebalance ainsi la rugosité du propos mais sans jamais en faire de trop. Et le côté folk, incarné par les mélodies enrichissant les titres ("Dei Ville Med Val" malgré son intro bourrine), cachent un aspect mélancolique de bon aloi. Ici toute est une question de dosage également. Ainsi, les Norvégiens se gardent bien de nous gaver avec.

 

Revenons un instant sur le tempo général de la plaque. Il est enlevé (bon taff du batteur), parfois lourd en mid ("Ulfred") et n'hésite pas à calmer ses assauts en glissant des leads inspirés et connotés heavy. Chose à soulever également, la basse est bien présente, assez percutante, ne se noyant pas dans le mixage ("Sitring" et l'intro de "Under Seks Lange").

Si, vous l'aurez compris, Nifrost n'hésite pas à nuancer son propos, le clan n'oublie pas que le genre se doit de ne faire aucun quartier, comme dans les dernières secondes primitives et absolument barbares de "Ve".

 

Le premier raid des Norvégiens est donc brillant : un solide premier skladborg. Espérons qu'il y en aura d'autres, remplis de bruits et d'os brisés.

 

Meurent les biens

Meurent les parents

Et toi tu mourras de même ;

Mais la réputation Ne meurt jamais,

Celle que bonne l'on s'est acquise.

L'Edda poétique

 

Là, c'était juste pour me la péter sur la fin.

photo de Crom-Cruach
le 19/02/2016

3 COMMENTAIRES

Xuaterc

Xuaterc le 19/02/2016 à 11:33:22

Ouais, c'est pas mal ton truc

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 19/02/2016 à 11:58:15

Yep en plus c'est du DIY.

Xuaterc

Xuaterc le 19/02/2016 à 18:04:33

Et ça, ça doit te plaire...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021