Myrkgrav - Trollskau, skrømt og kølabrenning

Chronique CD album (44:19)

chronique Myrkgrav - Trollskau, skrømt og kølabrenning

Quand, dans la partie *administration" du site de CoreAndCo, mon compteur de chroniques a commencé à s'approcher de 400, j'ai réfléchi à quel album pourrait marquer ce passage symbolique. Je ne fus pas long à me souvenir qu'à la sortie de Takk og farvel; tida er blitt ei annen de Myrkgrav, j'avais écrit que le one-man-band avait été l'auteur d'un des meilleurs albums de Black Pagan de tous les temps. Voilà, mon choix était fait: Trollskau, skrømt og kølabrenning, publié en 2006. Il fait suite à une démo, Fra fjellheimen kaller..., en 2004, sur laquelle le musicien avait choisi comme pseudo Leiðólfr, pseudo qu'il laisse tomber pour l'enregistrement de ce premier album pour reprendre son vrai nom de Lars Jensen. C'est grâce à ce premier enregistrement que je découvre le groupe à l'époque. Seuls deux titres, « Tjernet » et « Olav Tryggvason », figurent sur les deux sorties.

 

Je n'avais pas écouté l'album depuis des années, le monde du Pagan a beaucoup évolué entre temps, j'ai écouté un sacré paquet de groupes dans le style. Alors, quand j'ai lancé sa lecture, un doute m'a assailli : ma mémoire me joue-t-elle des tours, la nostalgie ne l'embellit-elle pas? Rapidement, mes inquiétudes sont levées, mon souvenir n'a pas été émoussé et j'ai repris une claque.

 

Le perfectionnisme du musicien se ressent dans chaque aspect de la musique de Myrkgrav, que cela soit dans les riffs, les arpèges, les arrangements, les structures ou les mélodies vocales. Le riffing est impeccable, Lars Jensen livre ici une foule d'excellentes parties de guitare (l'into de “Finnkjerringa” par exemple), qui mettent rapidement et aisément en place des ambiances guerrières et épiques. Il nous offre clairement un pur album de Black Folk, mais sans recours aux artifices habituelles, on ne retrouve sur Trollskau... aucun instrument folklorique habituel, c'est à peine si quelques lignes discrètes de claviers viennent émailler l'album.

 

Les vocaux sont eux aussi particulièrement remarquables, bénéficiant également d'un soin particulier, ils sont arrangés avec minutie, alternant entre grondements BM, limite Viking, et lignes en chant clair, jamais faiblard ou faux. Ils s'inspirent de la tradition norvégienne, au service de paroles évoquant les contes et légendes, et l'histoire de l'ancienne Scandinavie. L'équilibre entre les deux est parfaitement trouvé, ils s'entre-mêlent, se complètent et apportent l'essentiel de l'aspect trad du disque.

 

Trollskau, skrømt og kølabrenning est un joyau finement ciselé, fruit de la vision musicale d'un artiste au talent rare, hors du temps, des modes, des pressions de l'industrie musicale. Un chef-d'œuvre comme on en fait peu.

photo de Xuaterc
le 10/05/2020

6 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 10/05/2020 à 11:37:15

"Rapidement, mes inquiétudes sont levées, mon souvenir n'a pas été émoussé et j'ai repris une claque."


Rien de tel que de se replonger dans une pépite ayant dormi trop longtemps au fond d'un tiroir !!

Seisachtheion

Seisachtheion le 10/05/2020 à 12:29:34

T'enchaines les golden chros rétros ! 😊

Seisachtheion

Seisachtheion le 10/05/2020 à 13:36:01

''Om å danse bekhette'' est une merveille 😍

Xuaterc

Xuaterc le 10/05/2020 à 14:20:31

@ Cglaume, effectivement, mes étagères de ce genre de disque malheureusement.
@ Seisach', merci et je confime!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 10/05/2020 à 16:52:34

"Le monde du Pagan a beaucoup évolué entre temps": ouhla non il tourne en rond. Sinon je ne m'étais jamais penché sur cet album. Grossière erreur apparemment que je rattrape de suite.

Xuaterc

Xuaterc le 10/05/2020 à 18:45:39

si "il tourne en rond", alors c'est une révolution

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements