Nocaïne - Behind the truth

Nocaïne - "Behind the truth"
chronique Nocaïne - Behind the truth

Au début j'ai pensé à Attack Attack.

Ensuite j'ai pensé à Enter Shikari.

Et voilà, un bon tiers des lecteurs est parti. Puis avec des noms pareils, voilà de la chair à trve-troll, 

Nocaïne est du genre à tendre la joue après s'être pris une 1ere baffe. Au moins le groupe fait ce qu'il lui plait, bien que le style soit souvent l'objet de quolibets.

 

Nocaïne n'est cependant pas signé chez M&O Music pour rien. Le label a beau faire signer à tour de bras, c'est en général qu'il y a un petit truc derrière.

 

Certes en citant les deux groupes sus-nommés, on peut se faire une belle idée de ce qu'est cette bande. 

Avec beaucoup de chant clair, de la mosh-part avec des guitares super lourdes...et quelques petits bidouillages (2e et 6e pistes).

 

Vous connaissez le topo. Force est de constater qu'en France c'est tout de même ce qui se fait de mieux dans le genre pour ce chant solide et des compos qui sortent de l'ordinaire un peu navrant du genre.

 

Loins d'être linéaires, les morceaux ne s'articulent pas autour d'une structure vue et revue. Tout a beau se concentrer dans 4 voire 5 minutes grand maximum, les baisses de tempo, les breaks bien placés offrent des passages défouloir...à l'occasion. Ce qui est trop souvent automatique est ici plus anecdotique : à leur grand honneur !

La question mélodique est primordiale, le chant avancé et appuyé par un choeur sonne très américain.

 

A la différence de ses confrères, les français ne cherchent pas à donner leur idée d'un métalcore chaotique mais axent leur travail principalement sur la mélodie et une dose d'émotivité plus sincère que certains camarades à mèche.

Si cela marche sur la majorité des titres, d'autres essais laissent à désirer sur la fin ("As I burn" / les cris sur "What did you expect").

Ne parlons pas (sinon je vais être désagréable) de l'intro et outro piano : on a déjà tout dit, tout entendu et c'est bien là l'unique faute de goût du piège "métalcore neuneu" dans lequel le groupe tombe.

 

Les 40 autres minutes valent le coup pour les amateurs du genre...et peut-être même pour les autres, Nocaïne ayant là quelque chose d'intéressant entre ses mains.

photo de Tookie
le 19/10/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019